L'arroseur arrosé

À force de questionner Stéphane Gagné, l'avocate de Fontaine, Carole Beaucage, a fini par mettre en preuve des éléments restés inconnus du jury à ce jour dans le procès que subit son client pour meurtre et tentative de meurtre sur deux gardiens de prison. Ainsi, Gagné a appris hier au jury que Fontaine était lourdement impliqué dans le trafic de drogue. À l'hiver 1997, l'accusé a pris la fuite, car il appréhendait son arrestation dans une affaire d'importation de 300 kilos de cocaïne, a expliqué Gagné, principal témoin à charge de la Couronne dans ce procès. Durant sa cavale, Fontaine a continué de voir Gagné pour s'assurer de la bonne marche du trafic de stupéfiants dans le quartier gai.

Permission de tuer

Sur l'insistance de Gagné, Fontaine a également cautionné, en mars 1997, le meurtre de Christian Bellemare, un de leurs associés dans le business de la drogue. En sa qualité de «hang around» des Nomads (l'escouade de guerre des Hells Angels), Paul Fontaine était le patron de Gagné, et celui-ci ne pouvait décider unilatéralement du sort d'un associé sans demander la permission à son supérieur. «Il m'a donné la permission que je le tue», a expliqué Gagné au jury. «Si Paul Fontaine ne me dit pas oui, je ne peux pas partir de mon initiative, l'emmener dans le bois et le tuer», a-t-il ajouté.

De fait, Gagné et un complice, Steve Boies, ont tenté de tuer Christian Bellemare, le 6 mars 1997. Ils l'ont conduit dans une forêt de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson sous un faux prétexte. Ils ont tiré sur leur victime et ils ont tenté de l'achever en l'étranglant, avant de l'enterrer sommairement sous la neige. Par miracle, Bellemare a survécu à cet attentat bâclé.

Le mobile du crime? Bellemare avait contracté une dette de 10 000 $ à l'endroit de Paul Fontaine qu'il tardait à rembourser, et une rumeur courait dans la rue sur la fait qu'il achetait sa drogue auprès d'une organisation rivale.

Manque de temps

Enfin, Stéphane Gagné a expliqué que Paul Fontaine manquait de temps pour planifier l'assassinat des gardiens de prison, durant l'été 1997, car il était occupé à préparer l'évasion spectaculaire de Richard Vallée, un membre des Hells Angels.

L'attaque du fourgon cellulaire de Pierre Rondeau et Robert Corriveau s'est finalement déroulée en septembre. La semaine dernière, Gagné a imputé à Fontaine l'assassinat de Rondeau, affirmant que son arme à lui s'était enrayée et qu'il avait tiré seulement des coups défensifs dans la porte du véhicule.

En règle générale, les avocats de la défense essaient d'éviter qu'une preuve de mauvais caractère soit faite contre leurs clients. Dans son témoignage principal, Gagné a d'ailleurs pris grand soin de ne pas aborder des sujets qui n'ont rien à voir avec les infractions reprochées à Fontaine. Par ses questions précises et répétées, Me Beaucage a cependant donné à Gagné l'occasion de noircir le peu de réputation qu'il reste à Fontaine.