Un nouveau mobilier urbain au centre-ville

Un nouveau mobilier urbain fera graduellement son apparition au centre-ville de Montréal à compter du printemps prochain. Les nouveaux bancs publics, conçus par le designer Michel Dallaire, comporteront des accoudoirs qui les rendront inconfortables pour ceux qui voudraient s'y étendre pour dormir.

En mai dernier, l'arrondissement de Ville-Marie avait confié à Michel Dallaire le soin de redessiner le mobilier urbain du centre-ville. Le contrat de 25 000 $ avait été octroyé sans appel d'offres. Le maire Benoit Labonté désirait que le designer donne au centre-ville «une signature particulière».

Michel Dallaire a conçu des bancs et des poubelles à la fois sobres et fonctionnels qui remplaceront graduellement le mobilier actuel. L'arrondissement compte actuellement 500 bancs et plus de 800 poubelles, mais les aléas de la vie urbaine et les opérations de déneigement ont laissé des traces.

L'une des particularités de ce nouveau mobilier est qu'il s'adaptera à l'inclinaison du terrain sur lequel il sera installé, et la mise à niveau sera facilitée. Pour concevoir les poubelles, Michel Dallaire a observé les cols bleus à l'oeuvre. Le modèle de poubelle qu'il a conçue est plus ergonomique et permet une économie de mouvement de 20 %, précise-t-il.

Quant aux bancs, ils sont dotés d'accoudoirs positionnés, non pas aux extrémités, mais près du centre. Impossible donc de s'y installer pour dormir. Michel Dallaire soutient qu'il s'agit là d'une caractéristique qu'on retrouve également à Paris et à Toronto. «J'ai voulu que ce banc ne soit pas perçu comme un empêchement de dormir, mais plutôt qu'il donne des places à tout le monde», explique-t-il.

À l'arrondissement, on se défend bien d'avoir voulu décourager les siestes. «Ce n'est pas la fonction d'un banc, de toute façon. Les accoudoirs permettent avant tout de rendre le banc plus ergonomique et confortable», soutient Jacques-Alain Lavallée, chargé de communication à l'arrondissement.

Les bancs et les poubelles seront fabriqués en plastique recyclé ou en bois, et se déclineront en deux couleurs, gris et beige, a-t-on précisé à l'arrondissement. Le designer souhaitait d'ailleurs une couleur «caméléon»: «On ne veut pas polluer l'environnement. On veut que le banc soit utile quand on en a besoin. Mais quand on n'en a pas besoin, on ne veut pas qu'il nous parle toute la journée», dit-il.

Les prototypes des bancs et des poubelles sont en cours de production aux Ateliers municipaux. Hier, l'arrondissement n'a pu préciser combien coûtera au total cette opération de rajeunissement du mobilier.