Université de Montréal - Trente ans d'exploration en design de transport

Pour souligner ses 30 ans d'enseignement, l'École de design industriel de l'Université de Montréal présente Transit, une exposition regroupant près de 200 projets de conception d'équipement de transport sous forme de croquis, planches techniques, maquettes, prototypes et produits industriels.

Le projet d'exposition a d'abord été conçu par Alain Dardenne, professeur cofondateur de l'École de design industriel (ÉDIN). Pour célébrer son départ à la retraite et la «passation de pouvoir», l'homme a eu envie de se faire plaisir en rassemblant les anciens étudiants et en exposant leurs oeuvres. Mais l'été dernier, le père de l'ÉDIN est décédé des suites d'une opération. «L'exposition a donc pris une tournure différente, dans ce sens où il s'agit d'un hommage à l'homme qui a porté l'école sur ses épaules pendant 30 ans», explique Pierre de Coninck, nouveau professeur responsable de l'exposition.

Transit souligne l'importance de l'innovation dans la filière du design d'équipement de transport. La rétrospective vise également à faire découvrir les techniques de création. «Du premier trait de crayon jusqu'à la fabrication du prototype, il y a un travail de recherche incroyable que nous tentons d'illustrer par des croquis et des maquettes pour démystifier le processus de création», précise le professeur.

Une vision du futur

Plus d'une trentaine de maquettes avant-gardistes, quatre prototypes à échelle réelle et une centaine de dessins et de croquis seront exhibés. Les visiteurs pourront découvrir des projets de véhicules tout-terrains écologiques, motocyclettes, trains à grande vitesse (TGV), motoneiges, motos marines, catamarans à propulsion humaine, voitures exotiques, asymétriques ou semi-urbaines.

«Même si nous travaillons avec des projets qui s'étalent sur une longue période, nous voulons montrer les contrastes plutôt que l'aspect chronologique. Nous voulons montrer de quelle manière le contexte, la façon de voir le produit, les formes et les couleurs ont changé», soutient Pierre de Coninck.

Selon lui, tout projet s'insère dans un contexte spécifique, car le designer doit anticiper les valeurs et les tendances. «Dans le domaine du design de transport, il faut prendre en considération les contraintes mécaniques, économiques, technologiques, sociétales, culturelles, etc. Une maquette traduit donc une vision de l'avenir.»

Pierre de Coninck est convaincu du succès de la rétrospective et s'attend à y voir beaucoup de monde, ne serait-ce qu'en raison de l'hommage à Alain Dardenne, un homme aimé et respecté par trois décennies d'étudiants. De plus, «la qualité des projets et la vision des étudiants impressionnent les gens, qu'ils soient sensibles ou non à la voiture».

Collaboration avec l'industrie

Les projets exposés ont été minutieusement choisis par une équipe de professionnels de l'industrie du transport en fonction de leur qualité, leur réalisme et leur impact. De plus, de nombreux projets sont effectués en collaboration avec des leaders du transport tels que Bombardier. Grâce à la rétrospective, les organisateurs espèrent sensibiliser les industries de tous les secteurs à la valeur ajoutée que peut apporter un designer et susciter ainsi des ouvertures de postes. «Le designer doit comprendre l'ingénieur, convaincre le responsable marketing, et jumeler l'approche artistique à la technique tout en étant innovateur; il doit avoir beaucoup de cordes à son arc. Malheureusement, l'industrie résume trop souvent son rôle à l'aspect esthétique.» Pierre de Coninck espère que l'exposition suscitera la collaboration et le partenariat de l'ÉDIN avec l'industrie du transport, tant à l'échelle provinciale et nationale qu'internationale.

Les projets seront exposés du 26 février au 3 avril au Centre d'exposition de l'Université de Montréal, situé au 2940 chemin de la Côte-Sainte-Catherine. L'entrée est gratuite. L'exposition sera ensuite présentée au Centre des sciences de Montréal du 30 mai au 15 juin, et au musée J. Armand Bombardier de Valcourt du 1er juillet au 1er février 2004. D'autres sites d'accueil sont également envisagés.