La pertinence du projet de la rivière Franklin est contestée

Une commission du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) doute de l'«efficacité économique» d'un projet de petite centrale hydro-électrique sur la rivière Franklin au nord de Baie-Comeau.

Pour les commissaires, les mesures d'atténuation de ce projet devraient être resserrées, ce qui en augmentera les coûts. La commission a tout particulièrement indiqué que le débit minimum du projet devrait être plus élevé que celui suggéré par le promoteur, soit la municipalité de Franklin.

Cette dernière a soutenu devant la commission que, sans ce projet, ses jours sont comptés.

À eux seuls, précisent les commissaires Claudette Journault et Michel Germain, les aménagements requis pour le saumon «réduiraient de façon importante la production d'électricité de la centrale projetée et compromettraient vraisemblablement sa rentabilité économique».

Le réservoir serait lui aussi mal planifié. Pour en réduire les impacts, la commission propose qu'il soit moins élevé, ce qui réduirait la rentabilité du projet de 3 % et augmenterait en outre les coûts d'excavation.

De plus, ajoute le rapport, la municipalité devra acquérir et protéger des milieux humides et des habitats pour le poisson en compensation de ceux qu'elle détruira, un autre facteur qui va hausser les coûts, tout comme les mesures devant faciliter le passage des anguilles.

Enfin, les deux commissaires notent que si l'on ajoute à ce bilan des compensations éventuelles aux autochtones de la nation innue de Betsiamites, ces compensations vont inévitablement contribuer à hausser le coût de l'électricité davantage. Or la vente de cette électricité n'est même pas garantie par un contrat avec Hydro-Québec, ce qui aurait permis d'encadrer le projet par un minimum de balises.

«C'est au regard de ces considérations que la commission s'interroge sur le degré d'efficacité économique du projet», conclut le rapport du BAPE.
5 commentaires
  • Jacques Lafond - Inscrit 1 octobre 2008 03 h 17

    Hydro électricité

    Je ne comprend pas qu'ici au Québec on ait tant de difficultés à construire des barrages hydro électrique, sous prétexte qu'on dérange quelques poissons et quelques autochtones, tandis qu'ailleur, comme en Ontario, en Nouvelle Angleterre, on peux construire sans problèmes des centrales nucléaires, des centrales au diésel, au charbon, etc., sans problème.

    Il me semble bien qu'une centrale nucléaire a quand même les quelques désavantages suivants:
    - Bombe atomique en puissance en cas d'accident
    - Utilise une quantité phénoménale d'eau pour refroidir, donc réchauffe une quantité phénoménale d'eau qui change et détruit les éco systèmes, etc.
    - Produit des déchets nucléaire qui sont très fortement radioactif pour des dizaines de milliers d'années.
    L'Uranium enrichie n'est pas renouvelable et on peux se retrouver en pénurie.
    - Etc., Etc.

    Et que dire de l'Alberta qui peux produire sans problèmes du pétrole avec des technologies extrèmement polluante.

    Alors, pourquoi qu'au Québec on ne peux pas construite un simple barrage pour produire de l'électricité ?

    Si on ne construit pas des barrages, on sera bien obligé d'adopter les même technologies qu'ailleur. Non? On a besoin d'électricité ici aussi. Non ?

    Serait-on au Québec plus pudique qu'ailleur ? Peut-être. Plus imbécile, surement...

  • Tim Yeatman - Abonné 1 octobre 2008 08 h 58

    Un BAPE digne de ce nom!

    De toute évidence, M. Lafond n'est pas un pêcheur de saumon, car il connaîtrait la valeur économique et touristique de ce sport.


    Et de toute évidence, M. Lafond ne sait pas que l'industrie de l'anguille, jadis florissante dans la rivière Richelieu, a pratiquement disparue depuis que les deux barrages, à Saint-Ours, et l'autre à Richelieu, se sont construits. Les passes migratoires ont dû être construites par après, une fois l'erreur faite.


    Et M. Lafond ne sait peut-être pas que les vieux barrages en Nouvelle Angleterre sont démolis, et les ensemencements de saumons et de truites tentent de redonner aux rivières leur valeur originelle.


    Le BAPE sur le projet du barrage sur la rivière Franklin a raison de souligner les failles et les dépenses additionnelles pour le rendre acceptable: prévenir maintenant, ou le regretter plus tard.


    Pour ce qui est des nouvelles sources d'énergie, il y a le solaire et le vent, qu'on commence à peine à regarder au Québec, et que M. Lafond oublie de mentionner.


    Johanne Dion
    sur le courriel de mon conjoint
    Richelieu, Qc

  • Jacques Lafond - Inscrit 1 octobre 2008 14 h 29

    À Madame Johanne Dion au sujet des barrages du Québec

    Madame Dion, vous tombez directement dans le piège de l'imcroyable propagande américaine et ontarienne depuis 30 ans contre l'hydroélectricité du Québec.

    Ne voulant rien savoir d'acheter l'électricité du Québec, la Nouvelle Angleterre et l'Ontario dénigrent d'une façon des plus efficaces notre énergie vraiment propre, et malheureusement, réussissent à convaincre l'opinion publique au Québec que l'hydroélectricité est mal, et pas correct, etc.

    Le pourquoi de toute cette propagande par nos voisins? ILS VEULENT QUE L'ARGEWNT RESTE CHEZ EUX !!! Ils ne veulent pas être obligé d'acheter l'électricité propre du Québec, et par ricochet enrichir le Québec, et s'appauvrir eux !!

    L'alternative à l'achat par la Nouvelle Angleterre et par l'Ontario de l'électricité du Québec c'est quoi ?

    C'est la construction de plusieurs centrales nucléaires, au charbon, au diésel, au gaz naturel, etc., sur leurs territoires.

    Est-ce plus écologique ça, ma chère Madame? Très certainement pas! Très certainement pas !

    Et pour l'énergie par éolienne et solaire, en Nouvelle Angleterre et en Ontario, ils ont vite compris que c'est une énergie non fiable et non rentable. Il n'y a qu'au Québec qu'on est assez imbécile pour croire à ça ...!

    Alors, Madame Dion, je vous encourage et j'encourage tous les Québécois à essayer de voir plus loin que le bout de leurs nez.

    La Nouvelle Angleterre et l'Ontario, les poissons, ils s'en foutent éperdument. L'achat des barrages par les écolos, etc., ce n'est qu'un cirque toute cette histoire, c'est de la frime, c'est de la merde ...

    Ce qui nous attend dans les prochaines années c'est des constructions de toute sorte chez nos voisins pour assurer leurs demandes en électricité.

    Mais ces constructions seront 100 000 fois moins écologique et 100 000 plus dangereuse que notre système hydroélectrique, bien de chez nous, au Québec.

    Pensez y, pensez y très sérieusement.

    Chaque centrale nucléaire au monde est une bombe atomique en puissance !!! Et, je ne parle même pas des déchets nucléaires ici !!!

    Pensez - y ...

  • Tim Yeatman - Abonné 1 octobre 2008 16 h 47

    Diversifier et préserver: voilà ce que je souhaite pour le Québec!

    Des panneaux solaires photovoltaïques fournissent partiellement notre électricité dans notre maison depuis le verglas de 1998.


    J'imagine que çà fait de nous des imbéciles,selon M. Lafond. Mais si tout le monde nous imitaient, le barrage sur La Franklin ne serait pas nécessaire.


    Et son silence vis-à-vis la pêche et le tourisme me font penser que M. Lafond n'apprécie pas le bonheur de taquiner la truite dans une belle rivière sauvage. Dommage. S'il y avait plus de pêcheurs à la mouche, il y aurait moins de barrages.

    Johanne Dion
    sur le courriel de mon conjoint
    Richelieu, Qc

  • Jacques Lafond - Inscrit 2 octobre 2008 10 h 26

    À Madame Johanne Dion

    Je ne veux aucunement vous attaquer personnellement Madame Dion. Si vous avez un système solaire pour l'électricité, et vous vous intéressez à la pêche sportive, c'est parfaitement votre droit ...

    Une chose que je me demande depuis longtemps. Serait-il possible de créer un système d'écluse, ou d'assenceur pour voir à la migration des poissons quand ils arrivent au barrage?

    Au lieu de créer les passes migratoires qui prennent énormément d'eau, j'imagine, les poissons pourrait être levés et descendus de cette façon ...