En bref - Torture: audiences élargies

Ottawa — L'instance chargée de surveiller la police militaire a décidé d'élargir ses audiences publiques sur la façon dont les soldats canadiens traitent leurs détenus en Afghanistan — malgré les objections du gouvernement.

La Commission d'examen des plaintes concernant la police militaire a fait savoir qu'elle étendrait ses audiences aux allégations d'Amnistie internationale et de la British Columbia Civil Liberties Union selon lesquelles les Canadiens ont transféré des détenus aux autorités afghanes malgré le risque qu'ils soient torturés. La commission allongera d'une année la période couverte par son enquête. Elle ira aussi au-delà de la question du caractère approprié ou non des transferts de détenus, pour tenter de déterminer si des hauts gradés ont omis d'enquêter sur des allégations de torture par les autorités afghanes.