Suicide - Québec soutient la prévention chez les baby-boomers

L'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) recevra une aide financière de 400 000 $ pour concrétiser un projet de prévention du suicide chez les 50 à 64 ans. Ce soutien a été confirmé hier par la ministre responsable des aînés, Marguerite Blais.

En 2006, ces baby-boomers détenaient le triste record du taux de mortalité par suicide le plus élevé au Québec, selon l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), soit 21,3 par 100 000 personnes, soit près de 7 points de plus que pour l'ensemble de la population. Des quelque 300 personnes de 50 à 64 ans qui décèdent ainsi chaque année au Québec, environ 70 % sont des hommes. De 2002 à 2004, le nombre le plus élevé de suicides au sein de ce groupe se rapporte aux régions de Montréal, de la Mauricie et Centre-du-Québec et de la Montérégie.

Selon les chercheurs, de 60 à 80 % des baby-boomers qui se suicident souffrent d'une dépression. L'accumulation de pertes, comme celles d'un travail significatif ou de viabilité financière, représente un facteur de risque. Parce qu'ils sont les plus susceptibles d'être en contact avec des personnes présentant ce type de pertes, l'AQRP recrutera les bénévoles engagés dans ce programme parmi les travailleurs d'organisations gouvernementales oeuvrant en solidarité et en employabilité, dans les organisations du secteur privé offrant des services financiers ainsi que parmi ses membres. L'AQRP se chargera de leur offrir une formation qui leur permettra de dépister les signes précurseurs d'une crise suicidaire et de référer les personnes qui les présentent vers des ressources appropriées.

À voir en vidéo