Les punitions corporelles au coeur d'un procès

Les punitions corporelles seront au centre d'un procès qui débute aujourd'hui, afin de déterminer si sept enfants d'une famille de chrétiens fondamentalistes seront laissés à la garde de leurs parents.

Les enfants, âgés de 7 à 15 ans, ont été retirés contre leur gré de leur domicile d'Aylmer, en Ontario, le 4 juillet dernier, par des représentants des services sociaux et des policiers. Leurs parents, de fervents adeptes de la Bible qui sont convaincus que celle-ci autorise la fessée, refusaient de s'engager à ne pas frapper leurs enfants à l'aide d'une palette. Le débat qui s'en est suivi a galvanisé la communauté des croyants fondamentalistes, et les parents, qui revendiquent le droit d'élever leurs enfants de la façon qu'ils jugent appropriée, ont obtenu des appuis du public.