Recensement 2001 - Québécois d'origine ethnique canadienne

Ottawa — Pas moins de 69 % des Québécois disent avoir une origine ethnique «canadienne», indiquent les plus récentes données du recensement de 2001, rendues publiques par Statistique Canada hier.

Encore plus étonnant, la moitié des Québécois (48 %) ont indiqué «Canadien» pour seule origine ethnique.

Il s'agit d'un bond fulgurant par rapport au chiffre de 38 % obtenu en 1996, première année où on avait inscrit «Canadien» dans les exemples de réponses à la question: «À quelle origine ethnique ou culturelle appartenaient [vos] ancêtres?»

Ailleurs au Canada, entre 6 et 14 % des citoyens ont donné une telle réponse.

Jacques Henripin, professeur retraité de l'Université de Montréal et pionnier de la démographie au Québec, estime qu'il faut prendre ces données avec un grain de sel.

«C'est un concept qui n'a aucune signification, dit-il. La citoyenneté canadienne veut dire quelque chose, mais pas l'origine ethnique canadienne.»

C'est dans les régions du Québec où l'on compte le moins d'immigrants que l'origine ethnique «canadienne» a été la plus populaire, explique Sylvie Bourbonnais, analyste à Statistique Canada.

Par conséquent, le nombre de personnes se disant d'origine ethnique «française» ou «britannique» a continué de chuter. Quelque 15,8 % de la population canadienne s'est déclarée d'origine française en 2001, contre 19,6 % en 1996.

La question sur l'origine ethnique est posée depuis le recensement de 1901 mais suscite la controverse depuis que le bureau de la statistique a décidé, en 1996, d'inclure «Canadien» dans les exemples de réponses fournis aux répondants.

L'agence fédérale affirme qu'elle donne cet exemple — parmi 25 autres origines ethniques — parce que «Canadien» a été l'une des réponses les plus populaires lors du recensement de 1991. Cette explication est toutefois loin de faire l'unanimité.

En 1991, seulement 4 % de la population avait déclaré une origine ethnique «canadienne». Au Québec, 80 % des gens s'étaient dits d'origine ancestrale française — et 0,16 % d'origine «canadienne».

En 1998, le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, avait réagi à la popularité de l'origine ethnique «canadienne» en accusant Ottawa de «tenter de faire de la politique avec Statistique Canada».

À voir en vidéo