Saputo serait innocent

Un homme que la police italienne croit lié à des activités criminelles du mafioso montréalais Vito Rizzuto, Mariano Turrisi, se rétracte en affirmant désormais que les liens qu'il a établis avec l'homme d'affaires montréalais Lino Saputo dans cette affaire n'étaient pas réels.

Selon la traduction d'un interrogatoire transmise hier au journal The Globe and Mail par les avocats de M. Saputo, M.Turrisi a indiqué à un procureur romain, le 15 janvier dernier, que sa relation avec l'homme d'affaires de Montréal n'a été qu'une illusion.

L'enquête policière italienne avait d'abord conclu, grâce à l'écoute électronique, que M.Turrisi avait fait référence à Lino Saputo lors d'une conversation avec un autre suspect, Rodolfo Fedi. Or, Mariano Turrisi soutient qu'il a fait croire à M. Fedi qu'il se préparait à vendre une entreprise à un acheteur intéressé, en l'occurrence Lino Saputo. Il a évoqué ce nom pour rendre la transaction crédible aux yeux de Rodolfo Fedi, M.Saputo étant connu comme étant un homme d'affaires prospère.

Lino Saputo a toujours nié toute implication dans le blanchiment de 600 millions auquel le chef de la mafia montréalaise Vito Rizzuto était apparemment mêlé.

Il y a moins de deux semaines, le président de Saputo a intenté trois poursuites en dommages totalisant plus de 25 millions contre des groupes de presse qu'il accuse de l'avoir diffamé en lui prêtant des liens avec la mafia italienne. Les poursuites les plus importantes, deux au montant de 12 millions, visent d'une part La Presse et quatre autres quotidiens du groupe Gesca, ainsi que le réseau de télévision CTV et le Globe and Mail.

À voir en vidéo