En bref - Alain Olivier fait appel

Alain Olivier a l'intention d'en appeler du jugement par lequel sa poursuite de 47 millions de dollars contre la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a été rejetée.

M. Olivier dépose aujourd'hui une demande d'autorisation d'appel de la décision rendue par le juge Michel Caron, de la Cour supérieure, le 8 janvier dernier. Alain Olivier a passé plus de huit ans dans les prisons thaïlandaises après avoir été piégé par des agents doubles de la police fédérale, qui ont cru à tort qu'il était un trafiquant d'héroïne d'envergure internationale. Dans sa décision, le juge Caron a considéré Olivier comme l'unique artisan de ses malheurs compte tenu du fait qu'il a aidé les agents à se procurer 2,5 kilos d'héroïne en Thaïlande en 1989. Olivier prétend qu'il a agi sous l'emprise de la menace et la crainte d'être tué s'il n'obéissait pas au doigt et à l'oeil aux agents doubles. Le juge a également estimé que le recours était prescrit. «Soit qu'il s'est fait dire quoi écrire, soit qu'il est totalement incompétent», a dit M. Olivier au sujet du juge Caron hier.