Le Québec dépasse le cap des 7,7 millions d'habitants

La population du Québec a aisément franchi le cap des 7,7 millions de citoyens cette année, une situation notamment attribuable à une augmentation significative des naissances, à un solde migratoire positif et à une diminution sensible du nombre de décès.

Autre chose? Les grandes tendances se maintiennent: les mères québécoises sont légèrement plus âgées chaque année, la population continue de vieillir et de repousser les limites du trépas, tandis que le poids démographique du Québec dans la fédération canadienne poursuit sa dégringolade. C'est ce qui ressort de l'édition 2007 du Bilan démographique du Québec, produit par l'Institut de la statistique.

Petite ombre au tableau, les données provisoires de l'année 2006 établissent le «solde migratoire interprovincial» à -12 900, soit un solde plus négatif qu'en 2005 (-6800) et en 2004 (-3300). En 2006, les échanges migratoires du Québec ont été déficitaires surtout avec l'Alberta (-7000), l'Ontario (-4300) et la Colombie-Britannique (-2000). «Cette prédominance de l'Alberta dans les pertes migratoires interprovinciales du Québec est une première», souligne d'ailleurs le document.

Et cette tendance négative semble se vérifier encore cette année puisque «les données provisoires portant sur les six premiers mois de l'année 2007 indiquent un solde migratoire interprovincial de -8800, comparativement à -6100 pour la même période en 2006».

Le Québec tire mieux son épingle du jeu à l'échelle internationale. Pendant l'année 2006, la province a reçu 44 700 immigrants, une meilleure performance que les deux années précédentes. «C'est un niveau qui se rapproche de celui qu'on observait au début des années 1990, quand il y avait eu une hausse considérable du nombre d'immigrants admis, nombre qui a dépassé 50 000 en 1991», explique-t-on dans le document de 70 pages. Au final, le solde migratoire international de 2006 est estimé à 37 400, soit un niveau légèrement supérieur à celui de 2005.

«Le nombre d'immigrants de 2006 est toutefois légèrement en deçà du volume minimum inscrit au Plan d'immigration du Québec pour l'année 2006, lequel prévoyait entre 46 200 et 48 200 immigrants», rappelle l'auteure du rapport, Chantal Girard.

Parmi les pays d'origine des nouveaux arrivants, l'Algérie arrivait au premier rang en 2006, avec 10,3 % des immigrants. Suivaient la France (7,2 %), le Maroc (6,8 %) et la Chine (5,4 %). La catégorie «immigration économique» — principalement les travailleurs qualifiés et les gens d'affaires — forme le groupe le plus important et comprend 58 % des immigrants.

Pour 2007, le Québec devrait accueillir entre 45 000 et 47 300 nouveaux citoyens. Ce nombre pourrait augmenter à 55 000 en 2010, selon les intentions exprimées par le ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles à la suite de la consultation publique en vue de la planification triennale des niveaux d'immigration pour la période 2008-2010.

Somme toute, le bilan migratoire net demeure donc positif, bien que moins réjouissant qu'au cours des dernières années. À partir de données encore provisoires, on estime que les échanges migratoires ont permis au Québec de réaliser un gain net de 24 500 personnes en 2006. Il s'agit d'une baisse par rapport à 2005 (29 300) et à 2004 (33 900).

Le solde migratoire total, ou migration nette, a été positif au Québec au cours des deux dernières décennies, à l'exception de l'année 1997. La migration nette est le résultat de deux types de mouvements: les migrations internationales et les migrations interprovinciales. «Depuis 20 ans, la première a été source de gains de population, alors que la seconde a surtout entraîné des pertes», note Mme Girard. Le rapport complet est disponible sur le site Internet de l'Institut de la statistique du Québec.

Plus de bébés

Les Québécois ont aussi, semble-t-il, encore envie de faire des enfants. Pour 2007, on estime que 84 000 poupons devraient voir le jour, selon des données encore provisoires, soit un nombre supérieur de près de 8 % à celui de 2005 (76 300). Entre 2005 et 2006, la fécondité a augmenté dans tous les groupes d'âge, sauf chez les moins de 20 ans, ce qui ramène la fécondité du moment à 1,62 enfant par femme, c'est-à-dire le niveau le plus élevé des dix dernières années. Toutefois, nuance l'auteure du Bilan, «la remontée des dernières années peut difficilement être qualifiée de baby-boom. Elle n'en demeure pas moins digne de mention».

Les mamans sont aussi toujours un peu plus âgées. En fait, l'âge moyen à la maternité a atteint 29,5 ans en 2006, en regard de 29,4 ans en 2005 et de 28,5 ans en 2000, «ce qui va dans le sens de la hausse observée depuis trois décennies».

Le nombre de décès a pour sa part diminué en 2006. Selon des données provisoires, le nombre estimé de décès en 2006, 53 800, est inférieur à celui de 2005 (55 200). Ce nombre pourrait cependant grimper à 56 000 cette année. Parmi les causes de décès, le cancer fait toujours des ravages. Il est à l'origine de pas moins de 36 % des décès chez les hommes et 32 % chez les femmes. Viennent ensuite les maladies de l'appareil circulatoire qui génèrent 26 % des décès des hommes et 27 % des décès des femmes.

Un Québec toujours plus vieux

L'espérance de vie, elle, continue sans surprise de croître, repoussant les limites du trépas. En 2004-2006, la durée de vie moyenne est de 78 ans chez les hommes et de 83 ans chez les femmes, en regard de 76,3 et de 81,9 ans en 2000-2002, et de 74,6 et de 81 ans en 1995-1997.

Fait intéressant à noter, «l'augmentation de la durée de vie moyenne depuis 2000-2002 continue d'être plus forte chez les hommes [1,7 an] que chez les femmes [1,1 an], si bien que l'écart entre les sexes diminue», explique Mme Girard dans le Bilan. La vie moyenne des femmes compte maintenant 5 années de plus que celle des hommes. L'écart était de 6,4 années en 1995-1997 et de 7,5 années en 1985-1987».

La population ne rajeunit évidemment pas. L'âge moyen des femmes est désormais de 41,3 ans, tandis que celui des hommes est de 38,9 ans. L'âge moyen de l'ensemble de la population dépasse donc 40 ans. Et pour la petite histoire démographique, les personnes de 65 ans et plus ont représenté seulement 5 % de la population pendant près de la moitié du siècle dernier, avant que leur proportion se mette à augmenter rapidement. Ces Québécois constituent aujourd'hui 14 % de la population, un chiffre qui devrait grimper à 18 % en 2016, à 24 % en 2026 et pourrait atteindre 31 % en 2051.

Le Québec compte aussi aujourd'hui 1300 centenaires, très majoritairement des femmes. Ce nombre pourrait aisément dépasser les 5000 d'ici 20 ans.

Malgré la relative bonne performance de la province, le poids démographique du Québec au sein de la fédération canadienne diminue sensiblement depuis trois décennies. On retrouve ici 23,4 % de la population d'un pays qui compte quelque 33 millions d'habitants. Et «depuis 1971, le poids démographique du Québec dans le Canada a diminué de 4,5 %».
6 commentaires
  • Gilles Bousquet - Inscrit 18 décembre 2007 07 h 32

    Corporations professionnelles et gouvernement très provincial en faute

    Si nos corporations professionnelles réduisaient leurs exigences à reconnaître les diplômes des immigrants, ça faciliterait la chose à nos immigrants qui, à la place de conduire un taxi, de chômer ou de retourner d'où ils viennent, pourraient mieux se faire une vie ici comme ils le souhaitaient au début.

    Notre gouvernement très provincial Libéral devrait aussi mettre plus d'efforts à aider nos immigrés.

  • Yvon - Inscrit 18 décembre 2007 07 h 53

    A-t-on oublié quelques uns?

    Au vu de l'indifférence généralisée concernant les Algonquins dont un article du Devoir d'hier nous parlait, les a-t-on aussi compté eux aussi et le autres amérindiens (pères fondateurs du Québec) ou a-t-on seulement compté les 7.7 millions de québécois de souche avec les immigrants uniquement? D'ailleurs, l'effort de solidarité pour le peuple palestinien pourrait-il s'étendre aux peuples fondateurs du Canada, aussi fondateurs que le catholicisme identitaire du Québec. Une culture enracinée dans la terre d'ici, de par les lacs et les forêts.

  • jacques noel - Inscrit 18 décembre 2007 08 h 24

    La crise démographique: le mensonge du siècle

    Avec 82,100 naissances l'an dernier et seulement 53,800 décès, bref avec 153 naissances pour 100 décès, le Québec a l'une des meilleures démographies de tout le monde industrialisé.

    La France, dont on vante tant les programmes de natalité, a un ratio de 131. Elle fait plus d'enfants que le Québec certes mais a beaucoup plus de morts, ce qui donne un ratio plus bas. La Suisse, l'un des pays les plus riches au monde, a un ratio de 114. En Suède, pays comparable au Québec sous bien des aspects, on est dans le rouge avec 99 naissances pour 100 décès. L'Autriche, pays catholique de 7 millions d'habitants, est aussi dans le rouge à 89; l'Italie est à 83 et l'Allemagne à 77. En Russie, pour chaque 100 morts, seulement 68 enfants voit le jour! La Russie se meurt, pas le Québec.

    En 2003, les Américains ont accueilli 703,542 immigrants, soit un immigrant pour 412 hab. Pour 2010, Yolande James veut faire venir 55,000 immigrants au Québec soit un immigrant pour 100 francophones. Mme James veut tuer notre peuple.

    Le Québec compte maintenant plus d'immigrants (12%) que les USA (11,8%). Plus que dans 41 États. Le Michigan (c'est Détroit entre autre) ne compte que 5,3% d'immigrants. La Pennsylvanie (Philadelphie) 4,1% et l'Ohio 3%.

    A part la Californie (33 millions) , la Floride (16 millions) , le New Jersey (8,5 millions) , NY (19 millions) et le Texas (21 millions), aucun État américain accueille plus de 55,000 immigrants. Aucun!

    En 2006, le District of Columbia (la "capitale nationale") a accepté seulement 3775 immigrants. Le Maine voisin (1,3 million hab) en a reçu 1719, l'Alaska 1554, le Vermont 895 et le Wyoming 376 immigrants, soit 122 fois moins que le Québec!!!

    Toute proportion gardée, le Québec a reçu 2,3 fois plus d'immigrants que l'Alaska, 4 fois plus que le Maine, 4,6 fois plus que le Vermont et 8 fois plus que le Wyoming.

    Rien sur le plan démographique et économique ne justifie pareilles politiques d'immigration. Rien sauf l'intérêt du Parti Libéral du Québec

  • jacques noel - Inscrit 18 décembre 2007 11 h 50

    @gilles bousquet

    Les corporations professionnelles ne touchent que 4000 immigrants sur les 44,000 admis au Québec. Avant leur départ ils sont bien informés que ça va être compliqué.
    En dépit des difficultés, 84% des demandes sont acceptées, moyennant un recyclage évidemment. Bref, seulement 16% des 4000 immigrants, soit 640 sont rejetés, soit à peine 1,5% de tous les immigrants admis.

    Quant aux médecins chauffeurs de taxi, c'est une autre mythologie entretenue par le lobby de l'immigration et Maman des Bougons. Le JDM a fait un reportage dernièrement sur le sujet: ils en ont trouvé seulement 2 dont un qui ne parlait pas français.
    Bref, en immigration comme en démographie, on nous ment effrontément.

  • jacques noel - Inscrit 18 décembre 2007 12 h 30

    LA POPULATION DU QUÉBEC CROIT PLUS VITE QUE 85 PAYS

    La population du Québec a crû de 52,800 personnes l'an dernier, soit de 0,69%. C'est mieux que tous ces pays. On bat l'Azerbaijan (un pays musulman!). On bat l'Iran (musulman bis), on bat la Thailande! La Thailande!! En fait, on bat 85 pays. Mais qui en parle?

    http://www.nationmaster.com/graph/peo_pop_gro_rat-


    La crise démographique au Québec, c'est le mensonge du siècle

    #144 Azerbaijan: 0.688 %
    #145 Iran: 0.663 %
    #146 Thailand: 0.663 %
    #147 Saint Kitts and Nevis: 0.623 %
    #148 Cape Verde: 0.606 %
    #149 China: 0.606 %
    #150 Bahamas, The: 0.602 %
    #151 Zimbabwe: 0.595 %
    #152 France: 0.588 %
    #153 Bermuda: 0.576 %
    #154 Hong Kong: 0.561 %
    #155 Faroe Islands: 0.543 %
    #156 Saint Helena: 0.53 %
    #157 Albania: 0.529 %
    #158 Antigua and Barbuda: 0.527 %
    #159 Cyprus: 0.527 %
    #160 Man, Isle of: 0.513 %
    #161 Uruguay: 0.504 %
    #162 Namibia: 0.478 %
    #163 Netherlands: 0.464 %
    #164 Seychelles: 0.432 %
    #165 Malta: 0.413 %
    #166 Korea, South: 0.394 %
    #167 Puerto Rico: 0.393 %
    #168 Monaco: 0.386 %
    #169 Switzerland: 0.381 %
    #170 Barbados: 0.369 %
    #171 Norway: 0.363 %
    #172 Kazakhstan: 0.352 %
    #173 Grenada: 0.336 %
    #174 Portugal: 0.334 %
    #175 Denmark: 0.311 %
    #176 Taiwan: 0.304 %
    #177 United Kingdom: 0.275 %
    #178 Cuba: 0.273 %
    #179 Macedonia, Republic of: 0.263 %
    #180 Saint Vincent and the Grenadines: 0.248 %
    #181 Jersey: 0.244 %
    #182 Guernsey: 0.239 %
    #183 Guyana: 0.234 %
    #184 Dominica: 0.184 %
    #185 Greece: 0.163 %
    #186 Sweden: 0.159 %
    #187 Slovakia: 0.147 %
    #188 Lesotho: 0.144 %
    #189 Gibraltar: 0.129 %
    #190 Saint Pierre and Miquelon: 0.128 %
    #191 Finland: 0.127 %
    #192 Belgium: 0.12 %
    #193 Spain: 0.116 %
    #194 Austria: 0.077 %
    #195 Italy: 0.01 %
    #196 Norfolk Island: 0.006 %
    #197 Christmas Island: 0 %
    #198 Holy See (Vatican City): 0 %
    #199 Cocos (Keeling) Islands: 0 %
    #200 Pitcairn Islands: 0 %
    #201 Svalbard: -0.007 %
    #202 Tokelau: -0.018 %
    #203 Greenland: -0.03 %
    #204 Niue: -0.032 %
    #205 Germany: -0.033 %
    #206 Croatia: -0.035 %
    #207 Poland: -0.046 %
    #208 Slovenia: -0.065 %
    #209 Czech Republic: -0.071 %
    #210 Japan: -0.088 %
    #211 Moldova: -0.11 %
    #212 Romania: -0.127 %
    #213 Armenia: -0.129 %
    #214 Micronesia, Federated States of: -0.154 %
    #215 Virgin Islands: -0.171 %
    #216 Hungary: -0.253 %
    #217 American Samoa: -0.262 %
    #218 Lithuania: -0.289 %
    #219 Georgia: -0.329 %
    #220 Swaziland: -0.337 %
    #221 Belarus: -0.41 %
    #222 South Africa: -0.46 %
    #223 Russia: -0.484 %
    #224 Estonia: -0.635 %
    #225 Latvia: -0.648 %
    #226 Ukraine: -0.675 %
    #227 Bulgaria: -0.837 %
    #228 Trinidad and Tobago: -0.883 %
    #229 Cook Islands: -1.2 %