Des arrestations dans sept pays - Démantèlement d'un réseau international de trafic d'enfants

La Haye — Un réseau international de trafic d'enfants nigérians a été démantelé lors d'une action menée dans plusieurs pays européens et aux États-Unis, a annoncé hier le parquet national néerlandais, à l'origine de l'opération.

Les forces de l'ordre ont procédé à une vingtaine d'arrestations et de perquisitions aux Pays-Bas, en France, en Grande-Bretagne, en Belgique, en Allemagne, en Espagne et aux États-Unis. Lors de ces perquisitions, dix immigrants illégaux ont été découverts et remis aux autorités.

Selon le parquet national néerlandais, ce réseau a été actif durant plusieurs années, amenant le plus souvent de petites filles en les faisant passer pour des demandeuses d'asile, du Nigeria vers les Pays-Bas.

L'enquête a débuté il y a un an et a permis d'établir que la piste de près de 140 enfants a été perdue. Aux Pays-Bas, ils étaient redirigés vers d'autres pays européens pour y travailler dans la prostitution. Ils étaient gardés sous contrôle par les trafiquants car ils s'étaient engagés devant des prêtres vaudous au Nigeria à rembourser une dette.

D'après le parquet, aux Pays-Bas, les autorités ont arrêté 13 personnes, dans différents endroits. À la demande des autorités néerlandaises, cinq personnes — les principaux suspects nigérians — ont été arrêtées à New York, Madrid, Anvers et Coventry.

Une sixième personne sur la liste des principaux suspects a déjà été arrêtée la semaine dernière à Dublin.

Les membres de ce réseau sont soupçonnés de trafic d'êtres humains, de participation à une organisation criminelle, de falsification de papiers d'identité, de contrefaçon d'argent et de blanchiment d'argent.

Les enfants arrivaient à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol munis de faux documents et y demandaient l'asile. Les autorités néerlandaises les plaçaient ensuite dans des centres d'accueil ouverts, d'où les trafiquants pouvaient aisément garder la main sur eux.