Neuf Canadiens poursuivent Ottawa afin d'obtenir de la marijuana

Neuf Canadiens autorisés à fumer de la marijuana pour raisons médicales comptent poursuivre au civil le gouvernement Chrétien afin d'en faciliter l'accès. Leur action en justice, qui doit être précisée demain devant les reporters, demande que les personnes bénéficiant d'une exemption aient bel et bien accès au cannabis cultivé, sous surveillance de l'État, dans une mine abandonnée de Flin Flon, au Manitoba.

Leurs avocats torontois, Alan Young et Leora Shemesh, vont aussi demander au tribunal d'invalider la loi sur les stupéfiants, en ce qui a trait à la marijuana, en plaidant son inconstitutionnalité. «Le gouvernement libéral doit cesser ce double langage et admettre qu'il trompe le public», estime Catherine Devries, 44 ans, de Kitchener, et une des personnes nommées dans la poursuite. «Ils prétendent que la marijuana est disponible mais ils refusent absolument qu'elle le soit.» Mme Devries, qui se fournit en cannabis auprès de revendeurs ou de clubs compassion, à Toronto et London, a de sérieuses douleurs à la colonne vertébrale et aux intestins. Selon elle, Ottawa devrait autoriser la distribution par les pharmacies, comme d'autres narcotiques utilisés en médecine. Mais le gouvernement maintient qu'il faut d'abord vérifier par des tests cliniques l'efficacité thérapeutique de la marijuana.