Procès des Hells Angels - Kane réclamait dix millions pour ses services

La GRC a dépeint son ancien informateur, Dany Kane, comme un individu qui monnayait ses tuyaux à fort prix, et le principal intéressé s'est montré fidèle à sa réputation en exigeant, lors de ses premières rencontres avec la Sûreté du Québec (SQ), dix millions de dollars, non imposables, pour infiltrer les Hells Angels.

Un rapport interne de la GRC déposé en preuve révèle Dany Kane comme l'homme cupide qu'il était. Informateur pour la police fédérale de 1994 à 1997, il a déjà dénoncé un innocent pour le meurtre de Roland Lebrasseur, en 1996. En réalité, Kane avait lui-même tué Lebrasseur. «C'est un tueur et un menteur qui fait passer ses meurtres sur le dos des autres, moyennant paiement», a résumé hier l'avocat de la défense, Jacques Bouchard, dans le procès pour complot pour meurtre, trafic de drogue et gangstérisme de 17 présumés membres ou associés des Hells.


Agent-source à la solde de la SQ, Kane a permis aux enquêteurs de filmer les réunions des Rockers, une filiale des Hells, et d'intercepter des centaines de conversations en portant un mouchard jusqu'à 14 heures par jour.


Ce membre des Rockers s'est suicidé avant d'empocher les 1,75 million de dollars qu'il avait arrachés de la SQ pour devenir agent-source. Il préparait avec soin sa vie après l'opération Printemps, comme en témoignent les rapports de la SQ. Kane exigeait un permis de port d'armes transférable en cas de changement d'identité et une sécurité «adéquate mais discrète» lors de son témoignage au procès.


À défaut de pouvoir contre-interroger les morts, Me Bouchard s'est rabattu sur Gaétan Legault, qui agissait à titre de contrôleur de Kane au sein de la SQ en 1999-2000. Le but poursuivi? Miner la crédibilité de Kane, dont les déclarations sur vidéo et les notes manuscrites seront admises en preuve à une étape ultérieure du procès.


M. Legault n'avait jamais pris connaissance du rapport de la GRC avant d'être contre-interrogé sur le sujet par Me Bouchard. Le document témoigne de la duplicité de Kane. À la connaissance de la GRC, il s'est fait passer pour Dominic Pétrin de 1995 à 1999, contractant des dettes de 323 000 $ pour l'achat d'une maison à Saint-Luc, une voiture de marque Volkswagen et une moto Harley-Davidson. Au sujet de son informateur, la GRC mentionne, en vrac: «Forfait monétaire très important; risque extrêmement élevé, travail de double vie et témoignage très exigeant.» La police fédérale lui reconnaît certaines qualités: «éducation/famille, valeurs sociales». Le document donne enfin un aperçu des raisons pour lesquelles Kane a retourné sa veste, hormis l'argent. Il estimait qu'il n'y avait plus de justice et que les Hells étaient devenus trop puissants et trop violents.