Manifestation au Sommet des Amériques - Des membres de Germinal reconnus coupables de méfait

Les sept membres du groupe Germinal arrêtés en avril 2001, deux jours avant le Sommet des Amériques à Québec, ont été reconnus coupables de tous les chefs d'accusation qui pesaient sur eux, notamment celui d'avoir comploté pour commettre un méfait susceptible de mettre des vies en danger.

Dès l'ouverture du procès, en mars dernier, les sept accusés avaient reconnu avoir comploté pour s'en prendre à la clôture du périmètre de sécurité érigé à Québec. Ils faisaient cependant face à des accusations aggravées de méfait pouvant poser un danger pour les gens.


Le juge Pierre Rousseau, qui a rendu son verdict hier matin au palais de justice de Québec, en est d'ailleurs venu à cette conclusion, et les sept membres du groupe ont été reconnus coupables de méfait susceptible de mettre en danger la vie de personnes. De plus, trois des accusés, soit Alex Boissonneault, Victor Quentin et Roman Pokorski, ont été reconnus coupables d'avoir eu en leur possession des explosifs et du matériel militaire.


Rappelons qu'au cours des mois qui ont précédé la tenue du Sommet des Amériques, deux agents doubles de la GRC avaient réussi à infiltrer les rangs de Germinal. Deux jours avant le début du sommet, des membres du groupe avaient été arrêtés alors qu'ils roulaient sur la route 20, à hauteur de Saint-Apollinaire. Des boucliers, des casques, des simulateurs de grenade et des bombes fumigènes avaient été trouvés dans leur véhicule.


La date des représentations sur sentence sera fixée le 27 mai.