Réussites locales en exportation

Au mois d'octobre dernier, la SODEC décernait pour la deuxième année consécutive des prix d'excellence à l'exportation. Ces prix, d'une valeur de 10 000 $ chacun, visent à appuyer l'activité internationale des entreprises culturelles québécoises sur les marchés hors Québec. Aux quatre prix décernés en 2001, un cinquième s'ajoutait cette année, récompensant une entreprise évoluant dans le domaine des oeuvres numériques interactives. «Il est très important que le domaine des oeuvres numériques interactives soit reconnu comme un domaine culturel à part entière», selon Tanya Claessens, vice-présidente de Kutoka Interactive, récipiendaire du prix de la SODEC dans ce domaine.

Une souris à la conquête du monde

C'est la collection de jeux interactifs éducatifs mettant en vedette la souris Mia qui a fait la réputation de Kutoka Interactive. Les titres de Kutoka sont offerts dans 14 langues et présents dans 42 pays. L'entreprise a remporté près de 70 prix et distinctions à travers le monde, dont plusieurs pour la collection Mia. «Il y a quelque chose d'universel dans ce personnage. Il est rare de susciter une réaction aussi forte», croit Mme Claessens. Fondée en 1995 à Montréal, Kutoka développe dès 1998 la collection Mia. L'entreprise prend en charge toutes les étapes de la production, de la distribution et de la commercialisation de ses titres. «Pour qu'une minuscule entreprise comme la nôtre arrive à se démarquer dans ce domaine, il faut beaucoup de créativité et de ténacité», poursuit Mme Claessens. Récemment, Kutoka a effectué une percée en Asie et signé des ententes pour la commercialisation de produits dérivés. Kutoka projette également de lancer une nouvelle collection au printemps 2003, qui mettra en vedette de nouveaux personnages évoluant dans un univers surréaliste. Kutoka Interactive reçoit pour ses efforts le prix SODEC d'excellence à l'exportation dans le domaine des oeuvres numériques interactives

Affronter les marchés étrangers sans intermédiaires

La maison de distribution Filmoption International, fondée en 1979 par Maryse Rouillard, a réussi à faire sa marque dans le milieu de la distribution de productions télévisuelles depuis ses débuts. «La première vocation de Filmoption — et sa spécialité — est d'exporter des productions québécoises à l'étranger, dit Maryse Rouillard, présidente de Filmoption International. Dans 80 % des cas, nous traitons directement avec les acheteurs sans passer par des intermédiaires. Notre équipe de vente parle et écrit sept langues différentes, ce qui représente véritablement un atout pour traiter avec l'étranger.» L'entreprise, présente dans tous les grands rassemblements de l'industrie, tels les marchés internationaux des programmes de télévision et films de Cannes (MIP-TV et MIPCOM) et le National Association of Television Program Executives (NATPE) aux États-Unis, exporte des documentaires, des émissions pour enfants, ainsi que des émissions de variétés, des séries dramatiques et, depuis un an, des longs métrages. Filmoption International est ainsi récipiendaire du prix SODEC d'excellence à l'exportation dans le domaine du cinéma et de la production télévisuelle

Taillée dans le verre

La Galerie Elena Lee fait figure de pionnière dans le domaine de la production de verre d'art. En 1976, Elena Lee ouvrait en effet la première galerie spécialisée dans le verre d'art au Canada. Vingt-six ans plus tard, la galerie représente plus de 60 artistes canadiens et internationaux et s'est taillé une place dans les grandes foires internationales des États-Unis (CINAFE, SOFA). En multipliant les occasions d'échanges entre les créateurs locaux, les organismes les plus influents du marché international du verre contemporain et les collectionneurs nord-américains, la Galerie Elena Lee contribue non seulement à élargir le marché du verre d'art au Québec, mais également à faire connaître les artistes canadiens et québécois à l'extérieur du pays. L'an dernier, les ventes de la Galerie Elena Lee à l'étranger représentaient près de 65 % des revenus de l'entreprise. Galerie Elena Lee voit ses efforts reconnus par l'attribution du prix Madeleine-Dansereau/SODEC d'excellence à l'exportation dans le domaine des métiers d'art

Se forger une place dans le domaine de la poésie

L'un des plus importants éditeurs d'oeuvres de poètes vivants de la Francophonie, la maison d'édition Les Écrits des Forges a été fondée par le poète Gratien Lapointe en 1971. Depuis 30 ans, cette maison d'édition s'est fait remarquer par son côté innovateur. Pour gagner les marchés étrangers, elle a misé sur la coédition. En collaborant avec des éditeurs du monde entier, Les Écrits des Forges parviennent à s'imposer dans le milieu de la poésie à l'échelle internationale. La maison d'édition participe ainsi à faire connaître la poésie québécoise sur les marchés européens et latino-américains. Depuis 1992, elle fait partie de l'Orange bleue, un consortium de maisons d'édition de pays francophones de quatre continents. Les Écrits des Forges se voit attribuer en 2002 le prix SODEC d'excellence à l'exportation dans le domaine du livre

Un domaine traditionnel ouvert à la modernité

Le groupe de musique québécoise traditionnelle La Bottine souriante, qui existe depuis 25 ans, a fondé en 1993 la maison de disque et de production Les Productions Mille-Pattes. En participant à de nombreux festivals internationaux, tels que le Marché international du disque et de l'édition musicale de Cannes (MIDEM) et le World Music Expo (WOMEX), cette maison de production a pour objectif d'assurer aux artistes du milieu traditionnel une visibilité sur le marché international du «World Music». En aidant à faire connaître la musique traditionnelle québécoise à l'extérieur du Québec, elle ouvre ainsi la porte des marchés étrangers à une nouvelle génération de musiciens, dont Les Charbonniers de l'enfer et Les Batinses. Les Productions Mille-Pattes a ainsi reçu le prix SODEC d'excellence à l'exportation dans le domaine du disque et du spectacle de variétés