En bref: Dépot du projet de loi sur le «pays tiers sûr»

Ottawa — La plupart des demandeurs du statut de réfugié qui arriveront au Canada à partir des États-Unis devront repasser la frontière pour faire leur demande en sol américain, prévoit un projet de loi controversé qui doit être déposé aux Communes aujourd'hui.

Selon le gouvernement libéral, le projet de loi dit du «tiers pays sûr» augmentera la sécurité aux frontières en contribuant à prévenir l'entrée de terroristes. L'an dernier, quelque 14 000 aspirants réfugiés sont entrés au Canada en passant par un poste frontalier avec les États-Unis; pour les huit premiers mois de cette année, ce nombre excède 7000. En vertu du système canadien existant, pratiquement tout individu qui arrive et demande le statut de réfugié a droit à une audience, à moins d'être exclu pour des motifs de terrorisme ou de sécurité. Le projet de loi résulte d'un accord signé en août entre le Canada et les États-Unis. Les détracteurs du projet disent que le système américain ne devrait pas être traité sur le même pied que celui du Canada, puisqu'il est beaucoup plus sévère — là-bas, par exemple, des enfants peuvent être détenus. Selon eux, si cette législation est adoptée, elle fera augmenter considérablement le nombre d'immigrants illégaux et entraînera la mort de gens qui tenteront d'entrer au Canada par des méthodes dangereuses.