Pétition de 18 000 noms en faveur d'une avenue Mont-Royal sans voitures

Afin de sensibiliser les élus à l'idée d'une avenue du Mont-Royal sans voitures, les partisans du projet ont déposé hier au conseil d'arrondissement du Plateau une pétition de 18 000 signatures dont la majorité a été récoltée dans le quartier. Si rien n'est fait dans un avenir rapproché, le Comité avenue Mont-Royal verte menace de présenter des candidats indépendants aux prochaines élections municipales.

Il aura donc fallu environ six mois aux membres du comité pour recueillir un grand nombre d'appuis. Dans le quartier, si l'on excepte les commerçants, peu nombreux sont ceux qui s'opposent vraiment à l'idée de transformer l'avenue du Mont-Royal, qui traverse l'arrondissement d'est en ouest, en «avenue sans voitures, pour les piétons et les cyclistes, avec un transport en commun efficace et écologique».

Audiences publiques

«À la lueur d'une centaine d'expériences similaires autour du monde, il est évident que l'avenue du Mont-Royal réunit toutes les conditions gagnantes pour le succès d'un tel projet, soutient le comité dans un communiqué diffusé hier. D'abord, la convivialité et la vitalité commerciale actuelles de la principale artère du Plateau sont bien connues. De plus, la haute densité de population dans le quartier assure l'achalandage de l'avenue et un grand nombre de personnes magasinent déjà à pied sur l'avenue du Mont-Royal.»

En déposant sa pétition, l'organisme espère faire bouger les élus, notamment la présidente de l'arrondissement, Helen Fotopulos, afin que des audiences publiques soient tenues. Bien que l'idée des audiences ne soit pas rejetée, les supporters du projet auront fort à faire pour la convaincre du réalisme du projet.

En effet, Mme Fotopulos a exprimé son scepticisme en septembre dernier, faisant remarquer les problèmes éventuels qu'une telle transformation pourrait créer à la circulation des véhicules d'urgence, au déneigement, à la collecte de déchets, aux livraisons commerciales, etc.

Prochaine étape pour le comité: dépôt d'une pétition, plus imposante encore promet-on, au bureau du maire, Gérald Tremblay.