En bref: À toute augmentation son explication!

Pierre Bourque «s'interroge vivement» sur l'augmentation du budget de rémunération des élus contenue dans le budget 2003 de la Ville de Montréal.

«Alors que l'administration Tremblay demande aux employés de la Ville d'accepter un gel salarial, elle accorde une hausse de 10 % à ces élus soit une somme de 700 000 $. C'est inadmissible», a-t-il dit, hier. Mais du côté de l'administration Tremblay, on rejette ces accusations du revers de la main. «C'est une histoire d'écriture comptable, a prétendu Martin Viau, porte-parole du maire, Gérald Tremblay. Essentiellement, la hausse représente le coût du salaire des élus qui siègent aux commissions permanentes.» Cette facture n'était pas dans le budget 2002, a-t-il ajouté, parce que le comité de transition ne l'avait pas déposé à la même date. Pour sa part, M. Bourque a rétorqué que les commissions «coûtent très cher, alors que presque aucun citoyen n'y assiste. C'est de la fausse démocratie», selon lui.