Le conflit prend fin à Lac d'Amiante

Black Lake — Après 31 semaines de lock-out à la mine Lac d'Amiante, à Black Lake, en Estrie, les ouvriers syndiqués ont finalement accepté les dernières offres patronales par 72,6 % des voix, lors d'une assemblée qui s'est déroulée hier matin.

Les mineurs rentreront au travail de façon graduelle au cours des prochaines semaines. C'est à la suite d'une rencontre tenue vendredi dernier entre les membres de la compagnie et les représentants du syndicat des Métallos que ces derniers ont décidé de recommander l'acceptation des offres patronales.

«Les gens pensaient que nous refusions les offres uniquement pour la question du salaire, mais il y avait autre chose. Nous sortons gagnants, entre autres sur le fond de pension, et nous avons accepté une formule différente mais tout aussi valable du boni de vie chère qu'on voulait nous enlever complètement. Il a aussi été convenu que les hommes ne travailleraient plus dans les puits le dimanche, sauf si cela est vraiment nécessaire. Nous convenons que la direction de Lab Chrysotile a fait un bon bout de chemin», a déclaré avec satisfaction Jean Larose, président du syndicat.