En bref - Recours collectif contre Vidéotron

Le géant de la câblodistribution Vidéotron fait face à la colère de ses clients. L'Union des consommateurs a en effet demandé mercredi à la Cour supérieure le droit d'intenter un recours collectif contre l'entreprise, accusée par ce regroupement d'avoir modifié les termes de ses abonnements à «Internet haute vitesse extrême» aux dépens de sa clientèle.

À compter du 1er octobre prochain, le fournisseur va en effet plafonner à 100 giga-octets la quantité de téléchargements permise chaque mois. Au-delà de cette limite, un surplus de 1,50 $ par giga-octet sera facturé. Pour l'Union, cette pratique commerciale est douteuse puisque Vidéotron «continue de vanter, sur son site Internet, l'absence de limite de téléchargement de [ce] forfait», a-t-elle indiqué dans un communiqué. Le groupe consumériste demande au tribunal de «déclarer illégal ce changement de contrat». Vidéotron a annoncé hier qu'elle allait s'opposer vertement à cette demande, prétextant que «les modifications de clauses ont été faites selon les termes du contrat», a indiqué la porte-parole Isabelle Dessureault. Par ailleurs, elle précise que la limite de 100 giga-octets est largement supérieure à la moyenne de consommation de ses 860 000 clients, qui serait de... 9 giga-octets par mois.