En bref - Algues bleues: les producteurs de porcs refusent de porter le chapeau

Leur industrie a souvent été montrée du doigt en raison de son lourd bilan environnemental, mais les producteurs de porcs du Québec ont tenu à fait savoir hier qu'ils «répondent à des normes ainsi qu'à une réglementation sévères afin d'améliorer la gestion agronomique et environnementale du phosphore».

Alors que le Québec patauge en pleine crise des algues bleu vert, le président de la Fédération des producteurs de porcs du Québec (FPPQ), Jean-Guy Vincent, a tenu à faire savoir que les questions environnementales sont au coeur des préoccupations des producteurs agricoles, et ce, «depuis des dizaines d'années». «La production porcine n'a pas à être montrée du doigt dans la problématique du phosphore dans les plans d'eau», a ainsi expliqué M. Vincent. Il faut dire que les groupes écologistes n'ont pas manqué de souligner le rôle que joue cette industrie dans le bilan des rejets de phosphore qui favorisent la multiplication des cyanobactéries. Même le critique du Parti québécois en matière d'environnement, Stéphane Bergeron, a critiqué la décision des libéraux de lever le moratoire sur l'industrie porcine lors d'un point de presse mercredi. Il reconnaissait ainsi implicitement l'impact négatif de la production porcine sur les plans d'eau.

À voir en vidéo