Macadam - Poussez, mesdames!

De nouvelles mamans en pleine séance de cardio-poussette. Parce que quand maman est en forme, bébé sourit. Et vice-versa.
Photo: Jacques Nadeau De nouvelles mamans en pleine séance de cardio-poussette. Parce que quand maman est en forme, bébé sourit. Et vice-versa.

Parc Lafontaine, un lundi lumineux de juillet. Près des terrains de tennis, un couple de touristes français, interdit, interrompt sa lecture du Guide du routard. Le paysage en vaut la peine: une douzaine de nouvelles mamans passent à marche forcée, chacune bien arrimée à sa poussette tout-terrain. Sous la direction d'une brune dynamique, elles alternent jogging, triples sauts, pas de soldat et autres flexions. Les bébés, eux, sourient au public.

Franchement amusés, les Français jouent de l'appareil photo. De leur visite du fameux Plateau Mont-Royal, ils rapporteront des images d'escaliers extérieurs, de parcs urbains et... d'un cours de cardio-poussette.

Quand on leur rapporte l'anecdote, les participantes lèvent les yeux au ciel, mi-amusées, mi-excédées. «On se fait toujours remarquer», confie Marie, qui s'entraîne en compagnie de son fils de dix mois, Gilles-Olivier. «L'après-midi, quand il fait beau, les entraîneurs changent même le parcours: on évite les étangs pour prendre des chemins plus discrets...»

Le spectacle est pourtant de plus en plus courant. Fondé en 2000, l'organisme Cardio Plein-Air offre aujourd'hui, grâce à des franchises, ses cours de conditionnement physique dans plus de 50 parcs au Québec. À Montréal, mais aussi dans la région de Québec, à Mont-Tremblant, Saint-Hyacinthe ou au Saguenay, les horaires laissent une belle place au cardio-poussette. Au parc Lafontaine, les nouvelles mamans se bousculent, affirme Eva Guzman Ramirez, entraîneure et responsable de la franchise. «Ce sont les cours qui se remplissent le plus rapidement. J'ai même une liste d'attente pour la session 2008!»

Le corps

Avoué ou non, le principal objectif de toutes ces mamans est le même: se (re)mettre en forme et perdre les kilos de la grossesse qui s'accrochent encore. Et ça marche! «J'étais sceptique», avoue Marie. Blonde, athlétique, c'est une habituée de l'exercice physique et du cardio-poussette — elle en est à sa troisième session consécutive. «Mais il faut se rendre à l'évidence...» Sa silhouette musclée confirme sans équivoque ses propos.

La recette? Les exercices proposés font appel à de grands groupes de muscles — ceux des jambes, des fesses et du dos, notamment — ce qui maximise la dépense énergétique. La routine est aussi construite sur le principe de l'entraînement par intervalles — des efforts intenses entrecoupés de plages de repos plus ou moins longues — qui a fait ses preuves pour l'amélioration du cardio.

En ajoutant le poids de la poussette et de son jeune occupant, on se retrouve donc loin de la simple balade en groupe. D'autant que le dernier quart d'heure du cours est consacré à la musculation, avec une dominante abdominaux — objectif ventre plat oblige. «Les quelques pères qui sont venus accompagner leur conjointe "pour essayer" ont trouvé le cours plutôt exigeant!», assure même Eva Guzman Ramirez.

L'esprit

Les jeunes mamans supportaient déjà leur lot de pression: allaitement très fortement encouragé, interdiction implicite de manger dans un restaurant à la mode, gros yeux des voisins si bébé hurle à la lune, et sourire obligatoire... Voici donc que s'ajoute le passage obligé par le cardio-poussette, et qu'il n'existe plus d'excuses pour celles qui accusent toujours, quelques mois après leur accouchement, quelques rondeurs?

Le fait qu'environ le quart des participantes n'aient jamais fait d'exercice avant de s'inscrire au cours semble étayer cette hypothèse. Mais Marie réfute l'analyse. «On fait de l'exercice pour soi, affirme-t-elle. Pas pour répondre à une quelconque attente des autres.»

«Ça leur permet de sortir de la routine des boires et des changements de couche», estime pour sa part l'entraîneure. Pour plusieurs participantes, le congé de maternité représente un premier arrêt de travail à long terme. Le quotidien en tête-à-tête avec un poupon leur paraît parfois... sans relief. Elles accueillent donc avec reconnaissance cette occasion d'échanger avec des adultes qui partagent leurs préoccupations.

Et le tout — valeur ajoutée non négligeable! — sans avoir à chercher de gardienne. Évidemment, pour certaines, la séance d'entraînement est parfois écourtée par des pleurs insistants. Mais en règle générale, les bébés apprécient la sortie. Bien emmitouflés par temps frais, à l'abri du soleil lors des journées chaudes, plusieurs choisissent ce moment pour faire la sieste. Les autres respirent le grand air en profitant du paysage... et de l'humeur détendue de leur mère. Parce que quand maman est en forme, bébé sourit. Et vice-versa.

À voir en vidéo