Vol Montréal-Paris - La menace de détournement était un canular

Ce qui semble être une mauvaise blague entre deux anciens associés, dont l'un a pris l'avion de Montréal vers Paris, a déclenché tout un branle-bas des autorités, jeudi soir et hier.

On a cru un moment à une tentative d'attentat ou de détournement du vol de nuit Montréal-Paris d'Air France, mais il s'agissait finalement d'une plaisanterie de mauvais goût, voire d'une vengeance personnelle envers un passager tout à fait pacifique.

Il semble en effet qu'un des passagers de l'avion ait été dénoncé comme terroriste après le décollage de l'avion par son ancien associé au Canada, avec lequel il avait un différend concernant une dette. L'homme en question a été interpellé après l'atterrissage à Paris.

À Montréal, les autorités ont annoncé qu'un homme de 55 ans avait été arrêté, puis libéré sur promesse de comparaître. Il devra se présenter à la cour le 22 janvier. Il sera accusé de méfait public. Son identité n'a pas encore été dévoilée, puisqu'il n'a pas encore comparu à la cour.

Les policiers canadiens hésitaient à donner plus de détails, n'ayant obtenu qu'une version des faits, l'autre associé se trouvant à Paris. L'enquête devra se poursuivre.

À Paris, l'autre homme avait été placé en garde à vue dans les locaux de la section antiterroriste de la brigade criminelle. Ce ressortissant marocain de 25 ans résidant au Canada avait été dénoncé à l'aéroport de Montréal par un témoin affirmant, sans plus de précisions, qu'il aurait laissé un écrit selon lequel il entendait faire sauter l'avion.