Congrès démocrate - Les droits des gais américains devraient progresser

New York — Le Congrès américain examinera mercredi la possibilité d'autoriser les homosexuels déclarés à servir dans l'armée. Si l'accueil de ce projet de loi reste incertain, deux autres textes sur les droits des gais devraient, en revanche, être adoptés sans difficulté, maintenant que les démocrates sont majoritaires; ils portent sur la discrimination au travail et les crimes de haine.

Ces trois réformes ont été présentées ces dernières années, manquant toujours d'être adoptées de peu. Qu'ils soient conservateurs ou progressistes, les observateurs s'accordent à dire que les projets de loi contre la discrimination au travail et contre les crimes homophobes devraient être votés cette année.

«Avec les progressistes majoritaires, il y a une grande possibilité qu'ils soient approuvés tous les deux», commente Matt Barber, du lobby conservateur Concerned Women for America (Femmes préoccupées pour l'Amérique), que la perspective ne réjouit pas.

Joe Solmonese, président de la Campagne pour des droits de l'Homme, ne doute pas de leur adoption, qu'il attend avec impatience. «C'est une étape majeure dans notre combat.»

Le projet de loi ENDA (Employment Non-Discrimination Act) fait l'objet de beaucoup de tractations en coulisses. Le texte pourrait interdire les discriminations basées sur les préférences sexuelles, mais aussi sur l'identité sexuelle afin de protéger les personnes ayant changé de sexe.

Le démocrate Barney Frank, l'un des deux membres du Congrès ouvertement gai, contribue à rédiger une version visant à la fois à protéger les transsexuels et à laisser une marge de manoeuvre aux employeurs. Ces derniers pourraient imposer des règles en matière vestimentaire et d'usage des toilettes. «Avec les bons amendements, je pense que nous pouvons la faire voter», a-t-il confié.

Dix-sept États américains ont déjà des lois contre la discrimination des homosexuels au travail, et neuf contre celle des transsexuels.

Le projet de loi fédéral contre les crimes homophobes consiste à étendre les dispositions déjà existantes en matière de crimes de haine afin d'inclure les crimes visant les gais et les lesbiennes. Les opposants à ce texte craignent qu'il ne pénalise le fait de critiquer l'homosexualité. D'après le FBI, sur les 7163 crimes de haine commis en 2005, environ 14 % ciblaient des gais ou des lesbiennes, une proportion en léger recul par rapport aux deux années précédentes.

Si ces deux textes sont effectivement adoptés par le Congrès, ils seront ensuite transmis à la Maison-Blanche. Les analystes, aussi bien conservateurs que progressistes, ignorent si le président George W. Bush les ratifiera ou opposera son veto.

Le troisième texte, qui pourrait bien ne pas passer l'étape du Congrès, porte sur la présence des homosexuels déclarés au sein de l'armée. Jusqu'à présent, l'armée applique la politique du «don't ask, don't tell»: elle ne demande pas à ses membres s'ils sont homosexuels et ses membres sont priés de rester discrets. Le texte, présenté mercredi, vise à lever cette hypocrisie, mais recueille moins de soutien que ceux sur les discriminations au travail et les crimes de haine.

À voir en vidéo