Des lieux à profusion

Un congrès, ce n'est pas que des réunions. Et pour la ville et le lieu qui l'accueille, c'est une source réelle de revenus. Portes ouvertes sur le Québec des rencontres professionnelles.

Les anniversaires, on le sait, ont plus d'un avantage. Le Palais des congrès de Québec le constate, lui dont la ville qui l'abrite soulignera en 2008 le fait qu'elle ait été fondée il y a de cela 400 ans. La capitale québécoise sera alors l'hôte de plus d'une grande rencontre internationale.

Pour preuve, se tiendront dans l'enceinte de ce lieu, entre autres, la Conférence internationale ILGA 2008, le XIIe Congrès mondial de la Fédération internationale des professeurs de français, le XXVIIIe Congrès international des sciences généalogiques et héraldiques, le Congrès international de l'enseignement privé, le 74e Congrès mondial sur les bibliothèques et l'information, le 8e Congrès international des camps 2008, la IXe Conférence mondiale de pharmacologie clinique et thérapeutique et le 10e Congrès mondial du loisir.

Une année faste donc pour ce centre, qui recevait (comme quoi les honneurs ne viennent jamais seuls) l'été dernier le Apex Award 2006, le prix du meilleur palais des congrès au monde, remis par l'Association internationale des palais des congrès.

Compétition

La lutte est donc vive entre les deux grands centres métropolitains québécois. Et là-dessus, chaque ville voit ses représentants signaler des améliorations qui s'imposent. Québec déplore ainsi le sort qui est le sien: son aéroport, un outil essentiel pour tout événement tourné vers l'extérieur, pourtant dit «international», est en fait un aéroport de service.

Quant à Montréal — on le sait maintenant après le coup de gueule de Charles Lapointe, le président de son office du tourisme —, son bilan négatif a à ajouter au constat du mauvais état de ses infrastructures de transport un état général de propreté douteuse. Dans ce dernier cas, rien d'heureux, d'autant plus que le Palais des congrès de Montréal s'apprête à accueillir en juillet prochain une rencontre qui regroupe les organisateurs des grandes rencontres internationales! Un congrès majeur donc, dont la tenue a pour objet de convaincre que Montréal est un lieu idéal, capable de satisfaire le tourisme de haut vol.

Apport culturel

Et Québec d'en rajouter. Tenez-vous rencontre dans cette ville que non seulement la nature est au rendez-vous, mais les lieux culturels aussi coopèrent. Le Musée de la civilisation affiche ainsi portes et enceinte ouvertes: il collabore par là avec tous les lieux de rencontre, du Palais à l'hôtel qui reçoit les délégations de moindre taille.

Une telle situation est cependant loin d'être unique. À Gatineau, un secteur de la grande région de la capitale nationale du Canada, donc doté des budgets et des équipements qui découlent d'un tel statut, le Musée des civilisations se fait aussi agressif. Que ce soit dans l'édifice principal ou au Musée de la guerre, l'institution affiche que ses expositions sont accessibles à la demande de qui tient rencontre en ses murs: une image de la Chine ou un portrait de l'Afghanistan en prime, pour bonifier une rencontre?

Offres multiples

L'industrie des congrès est un moteur majeur de développement pour le secteur touristique. Et cela donne des idées à tout le monde. Montréal subit ainsi la concurrence de Laval quand entre aussi en ligne de compte le fait qu'en Montérégie, que ce soit à Saint-Hyacinthe ou à Longueuil, de plus en plus d'événements dits «nationaux» se déroulent.

Un même réveil a lieu aussi dans les Bois-Francs: Victoriaville inaugure ainsi son petit «palais». Rimouski justifie aussi qu'il vaut la peine de faire 400 ou 500 kilomètres de plus pour profiter de son site quand le Saguenay-Lac-Saint-Jean à son tour embarque, les responsables de la région étant encouragés par le constat que le secteur de Chicoutimi a pu accueillir sans difficultés au printemps dernier les 3000 congressistes de l'Acfas.

Et dans ce secteur d'activité, il n'y a pas de petits congrès. L'hôtel Port-Royal se fera ainsi un plaisir à Québec d'accueillir votre petit groupe d'une douzaine de personnes le temps nécessaire pour opérer une réflexion commune, tout comme on déroulera les grands tapis si, peu importe ou vous êtes, vous vous présentez en tant que porte-parole d'un organisme à vocation nationale ou internationale.

Et, en prime, pour qui séjourne, toutes ses dépenses sont normales déductibles. Ah, la vie d'hôtel...

À voir en vidéo