Recours collectif - Les constructeurs automobiles font illusion avec les taux de financement à 0 %

Québec - Des constructeurs automobiles tromperaient leurs clients en gonflant le prix de leurs véhicules pour être en mesure de proposer un taux de financement de 0 % à l'achat ou à la location d'un véhicule neuf, allègue un groupe de défense des consommateurs.

Dans une demande d'autorisation de recours collectif adressée à la Cour supérieure hier, l'Union des consommateurs soutient en effet que General Motors, Ford, DaimlerChrysler, Mazda, Nissan, Hyundai, Suzuki, Kia et chacune de leurs filiales de crédit respectives contreviendraient à la Loi de protection du consommateur en ne dévoilant pas tous les frais de crédit.

L'organisme reproche à ces entreprises d'avoir attiré leurs clients avec un taux de financement alléchant, souvent aussi bas que 0 %, alors qu'une partie des frais de financement serait en réalité cachée dans le prix du véhicule. Elle en veut pour preuve que les consommateurs qui offraient de payer comptant se voyaient aussitôt consentir un «rabais» pouvant aller jusqu'à 3000 $.

Selon l'Union des consommateurs, cette pratique fait en sorte que l'acheteur qui fait financer le véhicule par son fabricant ne bénéficie pas réellement du taux d'intérêt annoncé, tandis que celui à qui on offre un «rabais au comptant» ne jouit en fait d'aucun escompte, puisque ce ne sont que les frais de financement que l'on soustrait du prix.

À titre d'exemple, selon les documents fournis par l'avocat de l'organisme, Me Fredy Adams, un véhicule qui se vendrait

12 400 $ au comptant coûterait en fait 15 000 $ à l'acheteur qui le ferait financer par le fabricant à

0 % d'intérêt. Sur trois ans, le taux réel de financement serait alors de 8 % par année.

Par ailleurs, si ce consommateur obtenait 8000 $ en échange de son vieux véhicule et demandait un financement du fabricant pour les 4400 $ résiduels, il se trouverait en réalité à payer un taux d'intérêt de quelque 20 %.

S'il est accepté par la Cour supérieure, le recours collectif cherchera à obtenir, pour chacun des centaines de milliers de consommateurs ayant acheté ou loué un véhicule neuf depuis le 4 novembre 1999 auprès des huit compagnies intimées, le remboursement d'un montant équivalent aux frais de crédit «cachés» plus des dommages de 2000 $.

En attendant, à ceux qui considéreraient l'achat ou la location d'un véhicule neuf, l'Union des consommateurs recommande les précautions suivantes:

- s'informer si le fabricant offre un rabais sur le paiement comptant du véhicule;

- si c'est le cas, s'informer auprès de son institution financière sur le taux d'intérêt pour un prêt automobile;

- faire le calcul et comparer avant de demander un financement auprès du fabricant, en tenant compte du montant du rabais.

On peut obtenir plus d'information sur le recours collectif, ou sur l'opportunité de demander du financement auprès du concessionnaire, en contactant l'Union des consommateurs, au www.consommateur.qc.ca/union ou au (514) 521-8116.