En bref - Aide d'urgence

Le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) presse le gouvernement du Québec de renouveler le programme de supplément au loyer d'urgence dont bénéficient quelque 3500 ménages à faible revenu.

Ce programme, instauré en 2001, permettait aux ménages qui étaient sans logis au 1er juillet de ne pas payer plus de 25 % de leur revenu pour se loger, la subvention couvrant la différence entre ce montant et le coût réel du loyer. «Les locataires doivent ces jours-ci indiquer s'ils renouvellent ou non leur bail. Ils subissent énormément de stress et d'inquiétude. Si la subvention n'est pas renouvelée, ils subiront une importante hausse de leur loyer et plusieurs se verront dans l'obligation de trouver un nouveau logis, au risque de se retrouver de nouveau dans la rue», fait valoir la porte-parole du FRAPRU, Marie-Josée Corriveau. Au cabinet de la ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, on affirme avoir «bon espoir d'être en mesure de confirmer la reconduction dans les prochaines semaines».