13 décembre 1913 - On retrouve la 'Joconde'

Rome, 13. - Tout Rome se réjouit de ce que la 'Joconde' a été retrouvée. Le roi Victor-Emmanuel a été l'un des premiers à en être informé. Le secrétaire du pape, le cardinal Merry del Val a transmis la nouvelle à Sa Sainteté Pie X qui a dit : 'Je suis heureux qu'un trésor aussi précieux n'ait pas été perdu au monde et à la nation française.'

L'ambassadeur français a adressé ses remerciements au premier ministre Gioletti pour la promptitude avec laquelle le gouvernement italien a agi en apprenant que le chef-d'oeuvre de Léonard de Vinci était en Italie.

A PARIS

Paris, 13. - Tous les journaux ont publié des éditions spéciales racontant avec force détails les incidents du vol de la 'Joconde' et de la trouvaille de la fameuse toile. Geri, le collectionneur de Florence recevra $48,000 de récompense, somme offerte par la Société des Amis du Louvre et les grands journaux de Paris.

Perugia, l'ouvrier italien qui a volé la toile n'a que 22 ans.

Florence, Italie, 13. - On vient de retrouver 'La Joconde', la fameuse toile de Léonard de Vinci, qui disparut mystérieusement du Louvre au mois d'août 1911. La police vient de mettre le grappin sur le voleur qui est italien. Le prisonnier déclare qu'il a accompli son forfait pour se venger des vols que Napoléon commit en Italie.

Le peintre de 'La Joconde' était le chef de l'école lombarde ombrienne. Léonard de Vinci peignit ce chef-d'oeuvre en 1504. Plus tard la toile fut apportée au musée du Louvre, à Paris. Il y a deux ans, elle disparut et le monde artistique fut plongé dans la consternation.

Voici comment on a retrouvé la toile. Il y a quelques semaines un Italien écrivit à M. Geri, un antiquaire de Florence, lui disant: 'Je suis en possession de 'La Joconde'. Comme je suis un patriote, je désire que la Mona Lisa demeure à Florence qui est le centre de l'art italien.'

La lettre était signée 'Léonard'. Tout d'abord, l'antiquaire n'attacha guère d'importance à cette lettre, pensant qu'elle était l'oeuvre d'un fou. Quelque temps après, il rencontra le Dr Poggi, directeur des musées de Florence, qui suggéra à M. Geri de continuer sa correspondance avec l'individu. Ce qui fut fait. Tout marcha tant et si bien que M. Geri réussit à obtenir une rencontre à Milan. C'est là que l'Italien devait montrer la peinture à M. Geri. On avait fixé la date au 17 novembre. Malheureusement, l'entrevue n'eut pas lieu. Avant-hier, un jeune homme assez bien mis vint faire visite à M. Geri. Il se présenta comme étant Léonard et dit qu'il se retirait à l'hôtel Tripoli. Il invita Geri à venir voir la toile. Geri avertit immédiatement le Dr Poggi qui se rendit à la course à l'hôtel [...]. Poggi demanda l'autorisation d'emporter la toile avec lui, afin qu'il put la comparer avec d'autres et établir son identité. Léonard accorda cette faveur au Dr Poggi. Aujourd'hui, Poggi se rendit à l'hôtel avec quelques policiers qui mirent le désormais fameux voleur sous arrêt.

Léonard a dit que son vrai nom était Vincenzo Perugia: qu'il naquit dans la province de Como: qu'il était décorateur de profession et célibataire. Pendant six ans il vécut en France et fut pendant trois ans employé au Louvre.

Perugia pose au patriote. 'J'avais honte, dit-il, de constater que durant plus d'un siècle aucun Italien n'avait songé à venger les spoliations commises par les Français sous Napoléon lorsqu'ils enlevèrent des musées et des galeries d'Italie des peintures et des trésors de toutes sortes, et ce, à pleins wagons. Ils emportèrent des manuscrits par milliers et de l'or par sacs. J'ai souvent remarqué, pendant que j'étais au Louvre des oeuvres d'art volées à l'Italie et je conçus l'idée de les rendre à ma patrie. J'entrai au Louvre le matin, je détachai la toile de son cadre et allai cacher celui-ci sous l'escalier d'arrière. Je dissimulai la toile sous ma blouse de travail et réussis à quitter la place sans éveiller l'attention.'

M. Credaro, ministre de l'Instruction publique, vient d'annoncer que l'Italie rendrait La Joconde à la France. Bien que la chose paraisse extraordinaire, la toile est dans un parfait état de conservation.

LA JOIE A PARIS

Paris, 13. - M. René Viviani, le nouveau ministre des Beaux Arts, en apprenant la nouvelle que La Joconde était retrouvée, a dit: 'Je suis enchanté. La perte de La Joconde était plus qu'une perte nationale. Le monde entier en fut consterné. Nous allons nous entendre immédiatement avec le gouvernement d'Italie afin que la toile nous soit envoyée en toute sécurité. Puis nous la réinstallerons à son ancienne place au Louvre.'

Les journaux ont presque tous publié des éditions spéciales racontant les faits. De prime abord, on accueillit la nouvelle avec défiance car ce n'était pas la première fois qu'on annonçait que La Joconde était retrouvée. Mais lorsqu'on sut que cette fois la nouvelle était exacte, chacun exprima sa plus vive satisfaction.