cache information close 

À bonne enseigne

Ses décors de travail sont la forêt, la rivière, les champs et les animaux. Dans son bureau de Sainte-Mélanie, à quelques lieues de Joliette, Lucie Landry développe depuis une bonne vingtaine d'années la passion de l'enseigne, avec la nature comme témoin sensoriel.

Une passion qui prend naissance dans son enfance où, sur les routes du Maine, elle fait arrêter son père devant des enseignes en bois, sur des chemins anonymes, juste pour le plaisir de rêver. Après des études en dessin publicitaire, elle commence à ébaucher quelques enseignes, à numéroter des panneaux, à dessiner «à louer» ou «à vendre» de toutes les manières.

Lasse de répéter les mêmes symboles commerciaux sur des supports aussi différents que le truck de bonne famille ou le restaurant à spécialités huileuses, elle pense à abandonner sa main droite pour d'autres compensations monétaires.

La rencontre de l'homme de sa vie, symbole de la sérénité et de la confiance, ainsi que de Michel Lajeunesse, gourou de l'enseigne en bois sculpté au Québec, feront le reste.

L'enseigne a une âme, une vie. Elle représente un nom, un mystère, une profession de foi, un secret, un souvenir, un symbole, un désir, un sourire.

Les enseignes de Lucie Landry sont toutes issues et réalisées à partir d'un seul arbre, le cèdre, mais clair de noeud. Ensuite, le bois est laminé, découpé et sablé.

Pour chaque client, elle s'assoit à sa table à dessin et écoute le désir, scrute l'emplacement de la maison, interroge le pourquoi de l'enseigne.

Avec ces données, elle se penche sur le bois, l'attaque à la base, repousse ses contraintes, aplanit ses obstructions.

Pour les couleurs de l'ensemble et des détails, ce seront deux couches d'enduit puis quatre ou cinq de peinture avec, entre chaque couche, un sablage rédempteur pour que les couleurs passent aisément l'épreuve du temps et des saisons.

Pour que les couleurs soient aussi plus vives, plus vraies, elle utilise de véritables acryliques venues de New York. Lucie fabrique ses mélanges, concocte ses propres coloris.

On reconnaît sa signature par la richesse de ses verts, de ses pourpres, de ses violines, de ses écarlates, de ses bleus. Au delà du symbole de l'enseigne, celle-ci vit par sa coloration magistrale, par sa pigmentation dont le bois s'imprègne.

Les lettres et les chiffres qu'elle grave, elle les garnit de feuilles d'or 23 carats. Une technique méticuleuse, un point d'orgue à l'oeuvre finale.

L'enseigne de Lucie Landry n'est pas juste un numéro apposé à un nom de fiction ou de restauration; c'est un processus de jouissance intuitive apposée sur le cèdre. Cela dure toute une vie, ou tout un rêve.

Quand je suis sorti de son bureau, des plaques de bois trépignaient d'être peintes et travaillées. Au sous-sol, son amour de vie préparait des huiles essentielles dans son cabinet d'acupuncture.

Dans le jardin, ses enfants flirtaient des mains des lapins naissants. Une chatte trempait sa patte habile dans un restant de peinture. Un geai bleu s'est mis à crier. Peut-être pour apparaître sur l'enseigne. Pour être logé à la même enseigne.



Enseignes Lucie Landry

541, rue Pied de la Montagne

Sainte-Mélanie

% (450) 889-8456

www.lesenseigneslandry.com