En bref - Pierre Marois: le début des auditions est retardé

La première journée d'audiences devant la Commission des relations de travail dans l'affaire de la plainte pour harcèlement psychologique déposée par la directrice des communications à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Ginette L'Heureux, contre son employeur, a été essentiellement l'affaire de discussions entre les diverses parties en litige.

Les allégations mettent directement en cause le président de l'organisme, Pierre Marois, relevé de ses fonctions depuis plus d'un an. L'avocat de ce dernier, mais aussi celui de la Commission des droits de la personne et l'avocate de Mme L'Heureux ont poursuivi leurs discussions entamées depuis quelques jours afin de parvenir à une sorte d'entente à l'amiable. Il n'y avait aucune indication qu'une telle entente avait été conclue au moment de mettre sous presse. Les négociations devraient se poursuivre cette semaine. Si aucune entente n'est approuvée par les parties, une audience est prévue mardi prochain et quatre autres en décembre.