En bref - La STM mise en demeure

Plusieurs agents de surveillance du métro ont décidé d'envoyer une mise en demeure à la Société de transport de Montréal (STM) pour l'obliger à «suspendre volontairement le processus» d'embauche de la future unité métro de la police, qui doit prendre le relais des agents de surveillance vers la fin de l'hiver 2007.

Selon une avocate qui représente une trentaine d'agents, Marie-Noël Jacob, on veut ainsi signifier les «irrégularité manifestes du processus, le côté discriminatoire, le résultat qui fait que plusieurs agents d'un certain âge, qui n'étaient pas les plus jeunes, n'ont pas été retenus». En tout, quelque 51 agents ont été refusés. Ces derniers ont aussi affirmé n'avoir eu que quelques jours pour se préparer à un test d'aptitude physique. La commandante de la future unité du métro, Hélène Charron, a répliqué que les agents ont été prévenus près de quatre mois avant leur test physique, ajoutant que plusieurs agents de plus de 40 ans ont réussi l'épreuve.