À voir à la télé le mercredi 30 octobre - Bizarre, bizarre

D'abord, les fleurs: pour ce qui est de créer une ambiance tordue, les «jeunes réalisateurs de la relève» qui mettent la main à la pâte de ces Fêtes fatales ne manquent pas de doigté. Cet épisode particulier sur l'Halloween, qui se prête d'évidence au macabre, n'est pas sans rappeler de bons moments de Bizarre, bizarre ou, pour ceux qui ont la mémoire longue, de Coeur atout. On ne nage pas dans le gros effroi, mais un bon traitement de l'anticipation rend le téléspectateur trop intrigué pour changer de poste.

Qu'on aime ou pas, on doit convenir que, dans cette série, Benoît Dutrizac ose faire preuve d'originalité dans ses scénarios. Mais, même si on n'a pas vu tous les épisodes, il reste une chose, et c'est le pot: dans l'épisode de ce soir, il utilise le procédé le plus éculé qui s'offre à un auteur, une recette qu'on pouvait croire à jamais disparue, sauf dans les trucs de série Z. On ne vous le dévoile pas par charité, mais franchement, il le mériterait.

Dans cette fable morbide, François Papineau se défend avec brio dans le rôle d'un homme colérique, à la limite désaxé, auquel sa femme fait part de son intention de divorcer. Il n'est pas rassurant, le mec. On le retrouve deux semaines plus tard, au soir de l'Halloween, alors qu'il trône fièrement devant la maison qui n'est plus la sienne mais qu'il a décorée avec soin dans l'espoir de remporter un concours. Que fait-il là? Où sont sa femme et ses enfants? Évidemment, il ne faudra pas beaucoup de temps avant qu'un voisin le soupçonne de les avoir tués, qu'il appelle la police...

Puis, ce dénouement usé, ajouté au fait qu'on jurerait par moments que des répliques ont été empruntées à Janette Bertrand — vous n'aurez aucun mal à les identifier. Oui, bizarre, bizarre.

Fêtes fatales — Halloween

Télé-Québec, 22h.