John Allen Muhammad - Un tireur d'élite converti à l'islam

Des policiers fouillent la voiture des deux suspects. Ils y ont retrouvé l’arme ayant servi lors des meurtres commis dans la région de Washington.
Photo: Agence Reuters Des policiers fouillent la voiture des deux suspects. Ils y ont retrouvé l’arme ayant servi lors des meurtres commis dans la région de Washington.

Washington - John Allen Muhammad, arrêté dans le cadre des meurtres de la région de Washington, est un ex-militaire spécialisé en arts martiaux, converti à l'islam militant et qui apparaît comme capable d'accès de colère, notamment avec ses proches, selon de premiers témoignages hier. Muhammad était également reconnu comme un tireur d'élite, selon un responsable américain.

Muhammad, également connu sous le nom de John Allen Williams, a servi dix ans dans l'armée active, de 1985 à 1995, et huit ans dans la Garde nationale en Louisiane et en Oregon. Il a atteint le grade de sergent.

Un responsable du ministère de la Défense, qui a souhaité garder l'anonymat, a fait savoir que Muhammad avait été décoré de plusieurs insignes, notamment pour habileté au tir avec le fusil d'assaut M-16, qui équipe l'armée américaine.

Chaque année, l'habileté au tir des soldats est jugée sur 40 tirs au M-16 réalisés d'une distance de 50 à 300 mètres. Les tireurs atteignant au moins 36 fois leur cible reçoivent l'insigne d'«experts».

«Une fois au moins, Muhammad a reçu cette distinction», a précisé ce responsable.

Hier, les médias américains ont commencé à dresser un portrait de Muhammad en multipliant les entrevues avec des personnes l'ayant connu lorsqu'il vivait à Tacoma (État de Washington).

Le Seattle Times cite «plusieurs sources fédérales selon lesquelles Muhammad et Malvo ont été motivés par des sentiments antiaméricains», ayant «parlé avec sympathie» des auteurs des attentats terroristes du 11 septembre 2001. «Mais ni l'un ni l'autre ne serait associé au réseau al-Qaïda», selon ces sources.

Un ami, Leo Dudley, indique que le suspect excellait au karaté et qu'il avait servi un moment dans le service d'ordre de la «Marche de un million d'hommes» organisée en 1996 à Washington par Louis Farrakhan, chef du mouvement musulman noir américain Nation Of Islam, toujours d'après le Seattle Times.

Carol Williams, sa première femme, dont il divorça il y a 17 ans, le présente comme un homme ayant «un bon sens de l'humour, qui n'était pas un gars tranquille. Il aimait parler, rencontrer les gens». Carol Williams, citée par le quotidien, a dû se battre en justice pour obtenir la garde de leur fils, mais selon elle, son ex-mari n'était pas un homme violent.

Après sa conversion à l'islam, «il m'a appelée pour me dire quels aliments ne pas donner à mon fils, mais je lui ait dit que ça me regardait car mon fils vivait avec moi».

Il a eu trois enfants d'un second mariage avec Mildred Green, union qui s'est achevée en 2000 de façon acrimonieuse, selon des témoins. Carol Williams affirme que la seconde épouse l'a appelée à l'aide quand Muhammad a enlevé les enfants.

Son ex-partenaire dans une école d'arts martiaux à Tacoma, qui s'était fâché avec lui il y a quelques années, a présenté John Allen comme un perfectionniste, «plutôt gentil» mais parfois capable d'accès de colère.

«Il était calme, mais plusieurs fois, je l'ai vu énervé. J'ai vu qu'il y avait une autre facette» dans sa personnalité, a déclaré ce témoin, Felix Strozier, à la chaîne de télévision CNN.

Ce qui déclenchait sa colère? Le sentiment de «ce qui est juste contre ce qui est mauvais», par exemple au sujet du comportement du petit John Malvo.

Ainsi, «je l'ai vu se mettre en colère parce que son fils ne faisait pas ce qu'il voulait. Il l'a fait pleurer».

«Je sais qu'il était manipulateur. Il pouvait faire n'importe quoi pour obtenir ce qu'il voulait», a déclaré M. Strozier, notant que son partenaire lui avait demandé d'entraîner «des musulmans frères», ce qu'il avait refusé.

En revanche, peu de choses sont connues sur l'adolescent. John Malvo, qui a étudié dans un collège de Bellingham, à 180 kilomètres au nord de Tacoma, passe pour être gentil.

Selon le département de la Défense, cet ancien sergent a été 17 ans militaire, entre 1978 et 1995, dans la garde nationale et dans l'armée de Terre. Décoré après la guerre du Golfe de 1991 contre l'Irak, il a quitté l'armée en avril 1994 dans des conditions non éclaircies.

Sans être formé au tir d'élite à l'affût (sniper), il y a obtenu un brevet de «tireur de précision - expert en M-16». Ce fusil d'assaut standard des forces américaines tire des balles de 5,56 mm, comme celles tirées par le tireur mystérieux de Washington. Le Bushmaster est une copie civile du M-16 militaire.