1er octobre 1946 - Bloc-notes

Le nom du maréchal Smuts revient à l'affiche et, naturellement, à la radio on reparle de Smots. C'est chose assez naturelle et qui correspond à notre habitude trop générale de prononcer à l'anglaise tout nom étranger.

En fait, nous n'avons pas de compétence particulière en la matière, mais nous avons entendu l'ancien bourgmestre d'Anvers, Franz Van Cauwelaert, l'un des chefs du mouvement flamand, dire: 'Dans notre commune langue maternelle, Jan Smuts déclarait...'

Et le chef flamand prononçait Smuts, non point Smots.

Il y a gros à parier qu'il savait à quoi s'en tenir.

O. H.