Meubles - Leçons de style par nos designers-créateurs québécois

Sofa blanc Joséphine, en cuir blanc, qui coûte 7890 $
Source: Espace Côté Sud
Photo: Sofa blanc Joséphine, en cuir blanc, qui coûte 7890 $ Source: Espace Côté Sud

Le style, les couleurs, les matériaux, l'agencement: il semble qu'il existe trop d'élément qui interviennent dans l'univers de la décoration intérieure. De plus, de nouveaux développements immobiliers offrant des aires ouvertes, conçues pour les nouvelles technologies, influencent notre mode de vie. Le choix de l'ameublement doit donc être repensé afin de se fondre dans ce moule que sont ces nouveaux espaces de vie. Trois designers-créateurs québécois présentent les tendances qui façonneront la maison au cours des prochaines années.

À la lueur des discours de nos trois designers-créateurs — Alain Forcioli, Thien Ta-Trung et Luc Sergerie —, plusieurs tendances se dévoilent dès cette année.

Vie d'hôtel

Le style épuré, aux lignes droites, a toujours la cote dans plusieurs milieux. S'inspirant directement des établissements de type hôtel-boutique, l'ambiance créée se doit d'être décontractée et surtout confortable.

Mais selon Alain Forcioli d'Espace Côté Sud, il faut savoir doser harmonieusement le style moderne en y ajoutant un accessoire d'époque, «car avant tout, le design consiste à savoir jouer avec les matériaux et les textures». Il prend exemple sur les chaises «vieille France» offertes en boutique, qui sont recouvertes de cuir métallisé.

Bien que les lignes simples charment par l'opulence de leur sobriété, «le marché est de plus en plus intéressé par les thèmes de la nature, de la faune et de la flore», affirme Thien Ta-Trung, créateur des meubles Periphere. Les animaux, les plantes et les objets de la nature envahissent les maisons. Il en donne pour preuve la chaise pétales Antibodi de Moroso, de Patricia Urquiola, et l'original portemanteau d'Alexander Tayler. Chez Periphere, c'est la table Iceberg qui opère cette référence au monde naturel, car elle est harmonieusement ornée de motifs de flocons de neige, qui sont d'abord découpés au laser avant d'être chromés nickel ou or.

Épuration

Les créateurs s'entendent pour dire qu'il y a un fort engouement pour les meubles qui allient un style tenant à la fois du zen japonais et du mobilier scandinave des années 1970 tout en témoignant d'une dose de fantaisie, que ce soit par les motifs ou par les matériaux utilisés: «Il est plus facile de changer des accessoires que de gros meubles tels des divans» affirme Alain Forcioli.

Le bois demeure aussi un matériau de prédilection par sa chaleur et son style. Chez l'A.R.B.R.E. (l'Atelier de récupération de bois pour la revente et l'ébénisterie), il faut privilégier d'une part les couleurs neutres, pour leur facilité à s'agencer avec d'autres éléments du décor, mais aussi la présence de couleurs naturelles qui aident le bois à mieux vieillir, explique Luc Sergerie.

Ergonomie

Les nouvelles technologies et les espaces ouverts nécessitent de revoir la conceptiontraditionnelle desmeubles. Avec l'arrivée des écrans plasma, par exemple, les meubles ont été repensés pour tenir compte de l'évolution technologique. Le meuble massif, fait pour accueillir un gros poste de télévision, est maintenant chose du passé. Réduit en taille, il contient maintenant des tiroirs pour les CD ou DVD.

Luc, de l'A.R.B.R.E., dit remarquer une forte tendance qui impose des unités murales, pratiques et visuellement harmonieuses. Pour ce qui est des divans, Alain, d'Espace Côté Sud, propose le sofa modulaire à trois sections. Ainsi, celui-ci peut s'ajuster et se moduler en fonction de ces nouveaux espaces de vie, tout en conservant un style très «tendance», avec des formes rectilignes pures.

Au ras du sol

Une autre tendance impose les sofas au ras du sol. Les pattes disparaissent pour laisser le sofa reposer directement sur le plancher. Thien Ta-Trung propose d'ailleurs deux modèles qui, une fois au sol, accentuent l'impact horizontal de la ligne et diminuent l'obstruction verticale causée par les sofas plus hauts. Il s'agit des meubles nommés Free Fall et Extra Deep.

Le recouvrement du premier affiche la neutralité d'un tissu pauvre en motifs, pour éviter que l'ensemble ne se démode trop vite (et d'avoir à renouveler ledit tissu tous les cinq ans). Le second, par contre, propose des tissus imprimés qui se garnissent de fleurs, de plantes ou de motifs baroques, un peu comme la chaise UNO au tissu importé d'Italie.

Côté chambre à coucher, tous s'entendent pour dire que les lits se doivent d'être bas, à la japonaise, accompagnés d'une table de chevet. Les créateurs notent aussi la disparition de la commode au profit des penderies hyper organisées. Qu'elles fassent partie de l'unité d'habitation ou qu'elles soient faites sur mesure, ces dernières permettent une meilleure organisation de leur contenu et une harmonisation visuelle de l'espace.

Décor simplifié

La cuisine semble être la pièce privilégiée, car elle est la plus fréquentée. Ouverte sur la salle à manger et le séjour et séparée par un îlot, son efficacité ergonomique doit être à l'égal de son style, car elle accueillera à la fois famille et amis. Luc Sergerie a remarqué un changement catégorique quant à la finition de celle-ci.

Les portes d'armoires, par exemple, ne s'ornent plus de motifs ou de cadres superflus, mais offrent simplement le détail granuleux du bois. Alain Forcioli propose d'ailleurs une table de salle à manger inspirée des tables de travail industrielles en acier aux pattes non démontables. Cette dernière est de plus en plus en demande non seulement dans le marché industriel, mais aussi dans l'univers résidentiel, car elle est solide et plus résistante que celle en bois ou en verre. De plus, elle peut être recouverte par un autre matériau, comme le marbre ou le verre, si ses propriétaires veulent en changer l'apparence ou en modifier le style.

Souci écologique

Enfin, le design «vert» relève d'une autre tendance qui émerge dans le monde de l'ameublement. On découvre donc des meubles fait de plusieurs matériaux recyclés qui, une fois agencés, donnent des résultats surprenants.

Thien Ta-Trung a présenté au salon de New York, en mai dernier, sa chaise Patchwork, faite entièrement de retailles de tissus: «Chaque année, nous accumulons beaucoup de chutes de tissus. Nous avons alors eu cette idée de recycler ces magnifiques bouts de tissus.» En plus d'être écologique, le résultat est chaque fois reformulé dans une pièce unique, en fonction des tissus récupérés.

Luc Sergerie est aussi très fier d'utiliser des matériaux recyclés dans la fabrication de meubles. «Ce travail est hautement créatif, commente-t-il. Au lieu de partir d'un modèle et d'utiliser le bois en conséquence, Fabrice Gosselin [son associé] et moi devons créer à partir de pièces de tailles, couleurs et bois différents.» Le résultat de l'exercice consiste en des meubles colorés et différents.

En résumé, la recette est simple. Pensez meubles sobres aux lignes droites et ajoutez-y de la fantaisie, soit par le thème, la couleur ou les matériaux. Amusez-vous, faites des essais, mélangez, expérimentez: le résultat n'en sera que plus satisfaisant.

Collaboratrice du Devoir