30 août 1980 - Le Québec gai par Christian Dufour

PRÉCISONS tout de suite que le guide de M. Bouchard n'est pas une brochure vantant aux touristes les plaisirs nocturnes de la belle province. Le Québec dont il nous parle est celui des homosexuels qui utilisent souvent, aujourd'hui, le qualificatif plus politique de «gai».

Cet ouvrage constitue en fait une première ici. Parce qu'il est en français tout d'abord, mais parce qu'il se distingue aussi beaucoup des guides européens ou américains auxquels les homosexuels québécois sont habitués. [...]

Le livre de M. Bouchard est différent de ces guides commerciaux, essentiellement pratiques. On y indique, bien sûr, les endroits du Québec fréquentés par les gais; on parle même de certains pays étrangers. Mais l'ouvrage traite avant tout des différents aspects de la condition homosexuelle québécoise.

C'est ainsi qu'un chapitre est consacré aux questions légales: on y commente la Charte québécoise des droits et libertés de la personne qui prohibe depuis 1977 - précédent mondial - la discrimination basée sur l'orientation sexuelle: on y énumère les infractions du Code criminel en vertu desquelles les homosexuels sont la plupart du temps arrêtés (grossière indécence, vagabondage, maison de débauche).

D'autres sections portent sur l'attitude - négative - du catholicisme à l'égard de l'homosexualité, sur le militantisme gai, sur les maladies vénériennes. On donne un tas d'adresses utiles à l'homosexuel qui a des problèmes, on relève systématiquement les organisations gaies, chapeautées par l'ADGQ (Association pour les droits des gais du Québec). Tout ça présenté un peu en vrac, allégé de caricatures, correspond à un besoin certain.

Le livre est malheureusement un peu marqué par la profession de son auteur, un psychologue. [...] L'inclusion en plein coeur de l'ouvrage d'un questionnaire extraordinairement précis sur la sexualité homosexuelle ne manque pas d'étonner. Demander, entre autre 230 questions à un lecteur gai qui ne s'affirme souvent qu'à demi, sa réaction à l'égard des... 21 parties de son corps fait peu pour dissiper chez lui l'impression que son état est de nature pathologique.

Le livre se veut pourtant engagé, dans l'esprit du «gay is good» américain - analogue au «black is beautiful» des mouvements noirs. Mais en cela même, l'ouvrage est peut-être involontairement représentatif des homosexuels québécois, qui ont souvent trouvé plus leur inspiration chez des professionnels sympathiques que dans l'action politique proprement dite.

Le livre montre aussi, il est vrai, une communauté de plus en plus organisée, politisée. Étonnamment variée également. On apprend qu'à côté d'un périodique de gauche comme le Berdache existe à Québec la paroisse Saint-Robert, de l'Église catholique eucharistique, francophone, gaie et plus ou moins... lefebvriste. Tout un monde parallèle de bars, de restaurants, d'endroits de toutes sortes où les gais peuvent être eux-mêmes, en sécurité. C'est le ghetto, critiqué par beaucoup d'homosexuels, réponse à une société qui traite les gais manifestes ou déclarés en parias pas toujours tolérés.

Mais le ghetto lui-même n'est pas toujours sûr. Le 23 avril dernier à Montréal, la police de la CUM arrêtait, d'un coup, les 59 occupants d'un établissement de bain exclusivement gai. Du sauna David, notre guide disait que «c'est un endroit propre, bien tenu, confortable».

Ce genre d'établissement est l'une des principales institutions des communautés gaies nord-américaines, la majorité des homosexuels y mettent un jour les pieds. Si donc vous êtes gai à Montréal, lisez au moins dans le livre de M. Bouchard la section où l'on dit quoi faire en cas d'arrestation: ça peut toujours servir.

***

Alain Bouchard, Guide gai du Québec, Éditions Horeux, Montréal, 1979, 221 pages.