Espagne - Au moins 41 morts dans le déraillement d'un métro à Valence

Un secouriste transporte une blessée sur le lieu de l’accident qui a fait au moins 41 morts, hier,  dans le métro de Valence, en Espagne.
Photo: Agence Reuters Un secouriste transporte une blessée sur le lieu de l’accident qui a fait au moins 41 morts, hier, dans le métro de Valence, en Espagne.

Valence — Au moins 41 personnes sont mortes et près de 40 ont été blessées hier à Valence, dans l'est de l'Espagne, lors du déraillement d'un métro qui serait dû à un accident, selon des sources officielles, quelques jours avant une visite sur place du pape Benoît XVI.

La piste de l'attentat «est entièrement écartée», a dit à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur. «Tout indique qu'il s'agit d'un accident, que le train a déraillé et qu'il a été projeté contre les murs d'un tunnel», selon cette source.

«C'est un accident, apparemment produit par un excès de vitesse joint à une rupture au niveau d'une roue d'une des voitures», a déclaré le sous-préfet de Valence, Luis Felipe Martinez. La rame accidentée avait été révisée le 27 juin, selon le gouvernement régional.

Au moins 41 personnes sont mortes, d'après un dernier bilan officiel provisoire du déraillement, qui s'est produit à 13h, selon la sous-préfecture de Valence, qui avait fait état dans un premier temps de 34 morts.

Les services de secours étaient toujours au travail peu hier soir pour extirper les derniers corps prisonniers des carcasses tordues par la violence du choc. «Nous sommes dans l'attente du bilan définitif de la police judiciaire», a dit à la presse le président de la région, Francisco Camps, qui a décrété trois jours de deuil officiel. Les corps étaient acheminés au fur et à mesure vers l'institut médico-légal de la ville pour être identifiés.

Au moins 39 voyageurs ont été blessés. Plusieurs blessés se trouvent dans un état très grave. Les médecins craignent en particulier pour la vie d'une femme enceinte.

Zapatero de retour

«Il y a eu un choc, des bruits bizarres, et plus rien», a raconté sur la radio Cadena Ser, un voyageur de la quatrième voiture, qui a pu sortir par la fenêtre au moment où les pompiers rejoignaient le convoi dans le tunnel.

Une équipe de psychologues spécialisés dans les situations d'urgence a été mobilisée pour traiter les blessés et leurs familles, ont indiqué les autorités sanitaires.

À New Delhi, le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a interrompu prématurément sa visite officielle en Inde pour se rendre auprès des victimes à Valence, a-t-on indiqué de source gouvernementale en Espagne.

Le convoi, composé de quatre wagons, a déraillé sur la ligne 1 du métro de Valence, entre les stations Jesus et Plaza de España, dans le centre de la ville, où le pape Benoît XVI doit clôturer les 8 et 9 juillet les Rencontres mondiales de la Famille (RMF). La même ligne 1 avait été le théâtre le 9 septembre 2005 d'une collision impliquant trois rames, qui avait fait 35 blessés, dont quatre graves.

De nombreux pèlerins avaient commencé à arriver samedi à Valence dans le cadre des Rencontres mondiales de la famille qui s'y dérouleront jusqu'au 9 juillet.