29 juin 1974 - Sakharov entame une grève de la faim au nom des proscrits

MOSCOU (par l'AFP) - Le savant Andrei Sakharov a annoncé qu'il fera la grève de la faim à partir de minuit pour convaincre le président Nixon et M. Leonid Brejnev de prêter attention au sort des détenus politiques en URSS.

M. Sakharov a déclaré à un groupe de correspondants étrangers qu'il désirait protester contre la répression 'illégale et cruelle' des détenus, demander l'amélioration de leur sort, la révision des procès, et la libération de Vladimir Boukovsky.

La mère de Boukovsky, un jeune dissident de 31 ans actuellement détenu à la prison de Vladimir, à cent cinquante km au nord-est de Moscou, assistait à la conférence de presse dans le bureau de M. Sakharov.

Parmi les onze journalistes présents figuraient quatre envoyés spéciaux américains venus à Moscou avec le président Nixon.

A leur adresse, M. Sakharov a répété ses thèses sur la détente, en soulignant qu'elle ne saurait être solide qu'à condition d'être accompagnée d'une libéralisation de la société en URSS, et en particulier d'une stricte observation des droits de l'homme.

M. Sakharov a déclaré que 'le nom de Boukovsky est devenu un symbole de la lutte pour l'humanisation de la vie en URSS. La répression à laquelle il est soumis est un défi à la conscience humaine'.

Vladimir Boukovsky, âgé de 31 ans, condamné à plusieurs reprises, a déjà séjourné dix ans en asile psychiatrique, dans des camps de travail et en prison.

Il y a trois semaines, il a été transféré d'un camp de travail de l'Oural à la prison de Vladimir, où tous les détenus sont soumis au régime sévère, a déclaré sa mère. [...]