26 juin 1974 - Six mois de prison et $200 d'amende à l'avocat Robert Lemieux

(par Guy Deshaies) - L'avocat Robert Lemieux devra purger une peine de six mois d'emprisonnement et de $200 d'amende par suite du jugement rendu, hier, par trois juges de la Cour d'appel du Québec relativement à des outrages au tribunal dont Me Lemieux se serait rendu coupable au cours du procès de Jacques Rose en juin 73.

A cette époque, à l'issue du procès, le juge Guy Mathieu avait condamné Me Lemieux à huit peines concurrentes allant de $200 d'amende à six mois de prison et à une peine consécutive de deux années de prison.

Le juge en chef de la Cour d'appel, M. Lucien Tremblay, maintient les neuf verdicts et condamne Me Lemieux à purger la peine totale de deux années et demie mais les juges Casey et Boots infirment le verdict de culpabilité sur le neuvième chef et annulent ainsi la sentence de deux ans, ne maintenant que les peines concurrentes dont le total s'établit à six mois.

Cette condamnation avait trait au refus de témoigner de Francis Simard qui était appelé comme témoin de la Couronne. Me Lemieux avait dit au nom de Simard que ce dernier n'avait pas l'intention de témoigner pour la Couronne puisqu'on ne lui avait pas même permis de témoigner à son propre procès et le juge Mathieu avait vu là de la part de Me Lemieux une incitation directe d'un témoin à demeurer muet.

Les procureurs du ministère public avaient admis, en cour d'appel, qu'il n'était pas prouvé hors de tout doute que Me Lemieux avait incité Simard à ne pas témoigner mais le juge Tremblay estime que l'attitude de Me Lemieux démontre une approbation de Simard et constitue un crime grave. Les juges Boots et Casey croient au contraire que même si la Couronne n'avait pas admis l'absence de preuve irréfutable quant à la culpabilité de Me Lemieux il aurait fallu quand même annuler le verdict de culpabilité faute de preuve. Ils ajoutent que Simard a agi sans que quiconque ait besoin de le conseiller et qu'il n'existe aucune obligation de la part d'un avocat d'inciter un témoin à témoigner.

Quant aux autres outrages ils sont relatifs à des propos de Me Lemieux mais surtout à ses divers refus de se taire malgré les admonestations répétées du juge Mathieu.

Les mots ou refus d'obéir de Me Lemieux qui ont été retenus dans ces accusations tendent surtout à illustrer l'attitude du bouillant avocat et l'atmosphère de ce quatrième procès de Jacques Rose qui avait été précédé de divers acquittements pour meurtre et enlèvement.

A l'issue de ce procès Jacques Rose devait finalement être déclaré coupable de complicité avec Paul Rose dans l'enlèvement de Pierre Laporte. Le juge Mathieu l'avait condamné à huit années de prison et la Cour d'appel, ces jours derniers, après l'arrestation de Rose qui bénéficiait d'un cautionnement, a maintenu le verdict. Rose, pas plus que Lemieux, n'en appelait des sentences.

La semaine dernière Me Lemieux avait demandé à la Cour d'appel de rendre son jugement le plus tôt possible afin qu'il puisse organiser son travail de manière à ne pas prendre des engagements qu'il ne pourrait honorer s'il était emprisonné. Il a eu sa réponse hier.