Un policier du SPVM accusé d'une série de viols

Un policier de Montréal spécialisé dans les filatures, Benoit Guay, aurait mis son expertise à profit pour commettre une série de viols dans la région de Laval, faisant au moins sept victimes, dont cinq mineures, en 16 mois.

C'est grâce à la vigilance de la population qu'il a fini par être épinglé. Guay a été mis en accusation hier à Laval pour 22 infractions d'agression sexuelle armée, d'enlèvement, de séquestration, de menaces de mort ou de lésions et voies de fait. Il sera détenu jusqu'à son retour devant la justice, lundi, pour son enquête sur remise en liberté. Compte tenu du double stigmate qui l'afflige — présumé violeur et policier —, son avocat, Philippe Schneider, a demandé à ce qu'il soit placé en isolement complet en prison.

Les policiers ont tendu un vaste filet pour épingler Benoit Guay. En octobre dernier, la Sûreté du Québec (SQ) et les services de police de Laval, Saint-Jérôme, Terrebonne, Sainte-Anne-des-Plaines et Bois-des-Filion avaient lancé le projet Hibou. Ils détenaient alors des renseignements sur huit agressions sexuelles commises en peu de temps, soit entre mars 2004 et juillet 2005.

Les policiers avaient alors diffusé un portrait-robot de l'agresseur et une photographie d'une voiture similaire à celle que des témoins avaient aperçue sur de nombreuses scènes de crime. Le public a répondu en masse à l'appel des enquêteurs, qui ont dû passer 800 renseignements au peigne fin. «Je peux vous dire que cette enquête a porté fruit. Le partenariat entre les services de police a été de tous les instants. La population a grandement contribué à cette enquête. Sans elle, on ne serait peut-être pas là aujourd'hui», a dit François Doré, sergent à la SQ.

L'enquête n'est toujours pas terminée. Le sergent Doré a invité la population à communiquer avec les policiers s'ils disposent de renseignements sur Guay, dont les sept victimes connues sont âgées entre 15 et 20 ans.

Guay a fait l'objet d'accusations d'agression sexuelle au moyen d'une arme contre trois femmes (une adulte et deux mineures). Une des jeunes filles aurait d'ailleurs été violée le jour de ses 15 ans. Pour les quatre autres victimes, une kyrielle d'accusations d'enlèvement, de menaces de mort ou de lésions, de séquestration et de voies de fait ont été portées contre lui.

Policier d'expérience

Benoit Guay était à l'emploi du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) depuis 13 ans. Il était affecté à une unité d'enquêtes spécialisées dans les filatures depuis plusieurs années. Citoyen de Laval, il aurait commis ses viols au moyen d'une arme à feu, en dehors de ses heures de travail. Ses collègues ont été consternés par son arrestation.

Le directeur du SPVM, Yvan Delorme, a appris le 18 janvier dernier que Benoit Guay faisait l'objet d'une enquête criminelle. Dès son arrestation, mercredi, Guay a été suspendu sans solde. Tout le personnel est «choqué» par sa conduite, a avoué M. Delorme. S'il est reconnu coupable d'une infraction criminelle, le policier sera automatiquement destitué.