Début d’une «nouvelle ère» à l’hôtel de ville de Québec

«Ce sera l’occasion de débats sains», a lancé le nouveau maire, Bruno Marchand, dans son premier point de presse.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir «Ce sera l’occasion de débats sains», a lancé le nouveau maire, Bruno Marchand, dans son premier point de presse.

Appels à la « bienveillance », mains « tendues »… Après des années de débats souvent acrimonieux, c’est tout un changement de ton qui s’est opéré à l’hôtel de ville de Québec lundi à l’occasion du premier conseil municipal depuis les élections.

« Ce sera l’occasion de débats sains, d’un nouveau ton », a lancé le nouveau maire, Bruno Marchand, dans son premier point de presse préconseil lundi après-midi. « On sera — je l’espère — pas toujours d’accord, mais respectueux », a-t-il aussi lancé en réclamant un climat « de bienveillance ».

Les citoyens, a-t-il aussi affirmé, « rejettent la politique hargneuse ». « Ils s’en désintéressent et la délaissent », ce qui, selon lui, se traduit par le faible taux de participation aux élections (45 %).

Avec seulement six élus dans sa formation, M. Marchand avait dû, la semaine dernière, inviter des membres de l’opposition à siéger au sein du comité exécutif. Dont le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, qui sera responsable des loisirs et des sports.

Une décision bien accueillie par le nouveau chef du parti d’opposition, Éric R. Mercier, qui a répété avoir « tendu la main » au maire lors de sa rencontre avec les journalistes.

Parlant d’une « nouvelle ère qui s’ouvre à Québec », le chef de l’ancien parti de Marie-Josée Savard, Claude Villeneuve, s’exprimait sur la même tonalité positive. Son opposition sera « positive », « constructive », sans pour autant être « une chorale », a-t-il annoncé.

Autre signe de la dynamique transpartisane qui prévaut, la présidence et la vice-présidence du conseil ont été confiées aux élus de l’opposition Louis Martin et Véronique Dallaire.

Quant à Jackie Smith, du parti Transition Québec, elle a remercié le maire de l’avoir invitée à siéger au comité exécutif, offre qu’elle a déclinée pour défendre le dossier de la lutte contre les changements climatiques dans l’opposition.

Nordiques : le maire en soutien

En attendant la présentation du budget et de son plan pour les 100 premiers jours, Bruno Marchand a fait quelques petites annonces lundi. Ainsi, l’usage du papier sera banni des séances du comité exécutif et du conseil municipal, et sa voiture de fonction sera désormais hybride.

Le nouveau maire a en outre fait savoir que, dans un souci « de transparence », il avait demandé aux autorités de santé publique de permettre le retour des citoyens dans la salle pour la période de questions. Ces derniers doivent actuellement transmettre leurs questions par écrit.

Questionné sur les propos du premier ministre François Legault quant à un éventuel retour des Nordiques, le maire a dit ne pas avoir lui-même entrepris de démarches particulières à cet égard, mais qu’il était disposé à aider, au besoin. « S’il y avait les Nordiques dans le Centre Vidéotron, ce serait payant pour la ville », a-t-il affirmé en précisant toutefois qu’il n’était pas question pour son administration de prendre « d’engagements financiers » à cet égard.

À voir en vidéo