Régis Labeaume appuie son antithèse dans la course à la mairie de Québec

Le maire sortant de Québec a fait l’éloge de la patience de Marie-Josée Savard, qui prendra les rênes de son parti.
Photo: Francis Vachon Le Devoir Le maire sortant de Québec a fait l’éloge de la patience de Marie-Josée Savard, qui prendra les rênes de son parti.

« À l’écoute », « conciliante », « patiente ». La candidate que Régis Labeaume a décidé de soutenir pour la course à la mairie de Québec est tout son contraire, a-t-il déclaré mercredi lors du lancement de la campagne de Marie-Josée Savard.

« Elle a des qualités qu’ils n’ont visiblement pas fait ma fortune : écoute naturelle, ton conciliant… Et elle est patiente : exactement ce dont ont besoin nos concitoyens en temps de pandémie. Ça fera du bien après 14 ans de Labeaume », a déclaré le maire sortant lors d’un point de presse.

« Avec Marie-Josée Savard, il n’y aura pas besoin de courbe d’apprentissage, elle sera opérationnelle dès le lendemain de l’élection  », a-t-il ajouté.

S’inscrire dans la continuité

Équipe Labeaume devient dès lors Équipe Marie-Josée Savard. « Le travail est bien commencé, mais il reste beaucoup de défis », a déclaré la nouvelle candidate à propos du projet de tramway dans sa première allocution comme cheffe du parti.

Vice-présidente du comité exécutif au cours du dernier mandat, Mme Savard était responsable du dossier de l’aménagement du territoire.

Avant son entrée en politique, elle faisait carrière dans le monde du commerce. Elle possède d’ailleurs plusieurs petits établissements, dont un restaurant où s’est d’ailleurs déroulée l’annonce de sa candidature.

Dans son premier discours, Mme Savard s’est inscrite dans la continuité du travail réalisé ces dernières années par l’administration Labeaume. Elle a promis une « vision économique axée sur les milieux de vie dans une perspective de développement durable »

Si elle est élue, Mme Savard deviendrait la seconde femme à prendre les commandes de la Ville de Québec depuis sa fondation. Depuis 1608, Andrée Boucher est la seule femme à avoir régné sur la capitale, entre 2005 et son décès en 2007.

Quatre autres candidats sont déjà engagés dans la course à la mairie : l’actuel chef de l’opposition Jean-François Gosselin (Québec 21), le conseiller Jean Rousseau (Démocratie Québec), Jackie Smith (Transition Québec) et Bruno Marchand, du nouveau parti Québec forte et fière.

D’autres détails suivront.

À voir en vidéo