Les appels de dénonciation de rassemblements suspects se poursuivent

Le SPVM dressera le bilan de ses interventions sanitaires mardi matin.
Photo: Guillaume Levasseur Archives Le Devoir Le SPVM dressera le bilan de ses interventions sanitaires mardi matin.

Les rassemblements illégaux continuent à donner du fil à retordre aux policiers de la Ville de Québec, qui ont dû intervenir dimanche soir dans un appartement de la rue de la Place-Philippe, dans le secteur de Sainte-Foy, où ils ont remis 14 constats d’infraction à des fêtards.

Une dénonciation a conduit les policiers à visiter, vers 21 h 45, le logement où de la musique forte et du bruit avaient été signalés. Sur place, le locataire s’est montré peu coopératif, selon les informations fournies par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). Âgées de 16 à 19 ans, les 14 personnes présentes ont reçu des constats d’infraction, de 560 $ pour les mineurs et de 1546 $ pour les adultes.

Depuis le 21 décembre, le SPVQ a reçu 164 appels et remis 41 constats et rapports d’infraction généraux. Les policiers sont notamment intervenus samedi soir dans un restaurant de Sainte-Foy, où plus d’une dizaine de personnes ont été mises à l’amende. Puis, dimanche matin, les policiers ont constaté un rassemblement d’une quarantaine de personnes dans une église évangélique. « Ce sont quand même des événements somme toute isolés. Règle générale, on a constaté que monsieur et madame Tout-le-Monde respectaient les règles sanitaires. Mais certains ont fait le choix de ne pas les respecter », a indiqué Étienne Doyon, porte-parole du SPVQ.

Ni le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ni la Sûreté du Québec (SQ) n’ont encore dressé le bilan de leurs interventions des derniers jours en lien avec les directives de la COVID-19. Le SPVM le fera mardi matin, mais, selon l’agent Jean-Pierre Brabant, les policiers montréalais n’ont pas eu à mettre un terme à des rassemblements importants dans les derniers jours. Quant à la SQ, elle compte faire le point sur la situation mardi ou mercredi.

Des festivités plutôt tranquilles

Dans plusieurs régions du Québec, les appels de dénonciation se sont poursuivis. Le Service de police de Laval a reçu 117 appels au cours de la dernière semaine, mais les cinq constats d’infraction qui ont été délivrés par la suite concernaient uniquement des commerces.

Le Service de police de Longueuil a pour sa part remis deux constats d’infraction entre les 21 et 27 décembre, l’un dans une résidence et l’autre dans un commerce.

Ce sont quand même des événements somme toute isolés

 

Sept constats d’infraction ont été délivrés par les policiers de Sherbrooke à la suite des 35 appels reçus. Le 23 décembre, les policiers se sont notamment rendus dans une résidence où se tenait une fête familiale. « Les gens ont voulu se cacher à l’arrivée des policiers. Il y a eu une mauvaise collaboration et les gens ont quitté [les lieux]. Deux constats ont été remis à cette adresse-là », a relaté Isabelle Gendron, du Service de police de Sherbrooke.

À Gatineau, les policiers ont dû se déplacer à 107 reprises à la suite de signalements, ce qui a donné lieu à 33 avertissements et à trois constats d’infraction à deux adresses distinctes. Le Droit a par ailleurs rapporté qu’une fête de bureau survenue mercredi dernier à Cantley allait mener à des constats d’infraction pour une quinzaine de participants.

Le Service de police de Trois-Rivières a quant à lui répondu à 34 appels en lien avec la COVID-19 depuis le début de la période des Fêtes, mais aucun constat d’infraction n’a été délivré jusqu’à présent, a-t-on indiqué.

Les festivités de Noël des 24 et 25 décembre ont été plutôt tranquilles sur le territoire desservi par la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville, en banlieue nord de Montréal. Une petite fête entre amis organisée le 26 décembre a toutefois valu des rapports d’infraction généraux à six des participants. « Mais dans l’ensemble, on est satisfaits de la façon dont ça se déroule », a indiqué l’inspecteur Martin Charron.

Rappelons que pour tenter de freiner la flambée des cas de COVID-19, le gouvernement Legault a interdit les rassemblements pendant les Fêtes. Certaines exceptions s’appliquent, notamment pour les personnes seules qui peuvent visiter une autre bulle familiale.

À voir en vidéo