Les radios de Québec se liguent contre le tramway

Questionné au sujet de l’opposition au projet de tramway, le maire Régis Labeaume a notamment souligné que les électeurs ont voté pour son projet de «mobilité», son «système de transport en commun structurant» incluant des voies réservées, aux dernières élections.
Photo: Ville de Québec Questionné au sujet de l’opposition au projet de tramway, le maire Régis Labeaume a notamment souligné que les électeurs ont voté pour son projet de «mobilité», son «système de transport en commun structurant» incluant des voies réservées, aux dernières élections.

L’opposition contre le projet de tramway monte d’un cran à Québec, où des animateurs de radio pressent même leurs auditeurs de se mobiliser contre lui.

« Allez signer la pétition, la pétition contre le tramway ! » lançait l’animateur Dominic Maurais lundi matin sur les ondes de CHOI-FM. « Faut la signer. […] On tape le 25 000 à matin ! Let’s go. On est capables ! »

La pétition a été lancée le 13 décembre par le propriétaire de cliniques privées Marc Lacroix, un habitué de l’émission Maurais Live.

M. Lacroix réside à Lévis, mais ses affaires l’amènent à Québec quotidiennement. Il se dit favorable à un « réseau structurant », voire à un métro, mais pas à un tramway. « On a atteint 31 000 signatures en l’espace d’une semaine. Ça dit quand même qu’il y a beaucoup de gens à Québec qui ne sont pas d’accord avec ce projet-là, du moins de la façon qu’il est présenté. »

Ces derniers jours, l’animateur Éric Duhaime a aussi enjoint à la population de combattre le projet en ondes. « Il va falloir qu’à un moment donné, on se donne tous la main, là. Faut l’arrêter, là. Il y a un homme qui est obsédé, qui est prêt à mettre 3,3 milliards de dollars puis à éventrer la ville. »

À Québec, ce n’est pas la première fois que des animateurs de radio d’opinion lancent ce genre de campagnes politiques. En 2010, le maire Régis Labeaume avait mis de côté un projet de voie réservée pour les autobus à la suite d’une campagne du genre.

On est à Québec. Il y a un environnement spécial avec du monde spécial. […] Ils font ce qu’ils veulent.

Des animateurs de CHOI avaient aussi lancé le mouvement J’ai ma pelle en 2012 pour soutenir la construction de l’amphithéâtre.

Est-ce le rôle des animateurs de radio de faire campagne ? En vacances, Dominic Maurais n’était pas joignable pour répondre à la question.

Éric Duhaime, lui, répond que, « quand un maire agit de façon totalitaire […] sans aucune forme de consultation légitime, c’est normal qu’on monte aux barricades ». Il ajoute que « l’acceptabilité sociale, ce n’est pas juste important pour les environnementalistes, mais aussi pour les contribuables et les automobilistes ».

Le discours anti-tramway est pourtant déjà représenté à l’hôtel de ville par le parti Québec 21 et son chef, Jean-François Gosselin. Ce dernier avait d’ailleurs lancé une pétition sur le même sujet il y a quelques mois. Or cette dernière est loin d’avoir connu le même succès que celle de Marc Lacroix.

« Ils font ce qu’ils veulent »

Questionné par les journalistes à ce sujet, Régis Labeaume a répondu lundi soir « qu’on vit en démocratie » et que « tout le monde peut créer des pétitions ». Quant à savoir si ça « fragilisait l’acceptabilité sociale » du projet, il a répondu : « On est à Québec. Il y a un environnement spécial avec du monde spécial. […] Ils font ce qu’ils veulent. »

Il a ensuite souligné que les électeurs ont voté pour son projet de « mobilité », son « système de transport en commun structurant » incluant des voies réservées, aux dernières élections.

Et d’ajouter que l’opposition appartient à une « droite toxique qui remet toujours en question les résultats ».

La pétition aurait-elle récolté autant d’appuis sans la contribution des radios ? Se font-elles l’écho d’une indignation déjà présente ou en sont-elles les instigatrices ? « J’ai l’impression que les animateurs embarquent dans un train qui est en marche », croit Colette Brin, professeure au Département de communication et d’information de l’Université Laval. « Mais c’est sûr qu’ils peuvent l’amplifier. »

« On sent depuis la dernière campagne municipale que la volonté du maire de mettre sur pied un projet de transport en commun structurant, ça a suscité beaucoup de grogne, d’opposition dans le public cible de ces radios-là. Et là, l’échéance ultime approche, le point où on ne pourra plus retourner en arrière. »

Virage à gauche

L’animateur Éric Duhaime affirme quant à lui que ce n’est pas la pétition qui a fait monter l’opposition d’un cran, mais « l’information qui est sortie » sur le projet.

Depuis la sortie des études d’impact, beaucoup d’opposants dénoncent, par exemple, le fait qu’il ne sera plus possible de tourner à gauche à 148 intersections.

Critiquée par le vérificateur général pour les ratés de la communication concernant son projet, la Ville a assurément des mois, voire des années difficiles devant elle, note Colette Brin.

« Au départ, les gens qui étaient contre, c’étaient beaucoup des gens de la périphérie, qui n’allaient pas en bénéficier. Mais plus on approche de la mise en chantier, plus ce sont les gens qui sont proches du tracé qui se mobilisent par rapport aux effets que ça aura. »