Le Port de Québec soutient se soucier de la qualité de l’air

Le Port de Québec (sur la photo) et la Compagnie d’arrimage de Québec sont attaqués en justice pour les «troubles et inconvénients anormaux» subis par les citoyens des environs en raison des «quantités importantes» de poussière et de contaminants qu’ils génèrent depuis 2010.
Photo: Pierre Lahoud Le Port de Québec (sur la photo) et la Compagnie d’arrimage de Québec sont attaqués en justice pour les «troubles et inconvénients anormaux» subis par les citoyens des environs en raison des «quantités importantes» de poussière et de contaminants qu’ils génèrent depuis 2010.

Le patron du Port de Québec, Mario Girard, s’est défendu en cour mardi d’avoir toléré des activités qui risquaient d’incommoder la population du quartier Limoilou depuis 2010.

« On n’a jamais toléré d’activités de manutention qui puissent avoir un impact dans la communauté. Ce sont des choses qu’on ne tolérerait pas », a affirmé M. Girard mardi, au palais de justice de Québec, dans le cadre de l’action collective intentée par un couple de résidents de Limoilou.

Photo: Renaud Philippe Archives Le Devoir La lanceuse d’alerte Véronique Lalande
Véronique Lalande et Louis Duchesne poursuivent le Port de Québec et la Compagnie d’arrimage de Québec pour les « troubles et inconvénients anormaux » subis par les citoyens des environs en raison des « quantités importantes » de poussière et de contaminants qu’ils génèrent depuis 2010.

Le 5 février dernier, le couple avait eu gain de cause dans une première action collective portant sur un épisode de poussière rouge (oxyde de fer) en 2012.

Pour M. Girard, il s’agit d’un « malheureux incident ». Il a reconnu qu’il y avait eu huit dépassements des normes sur la concentration des métaux dans l’air dans Limoilou depuis 2010. Or il affirme que le port n’en est pas le principal responsable et qu’il y a d’autres « générateurs de poussière ».

En 2013, une étude du ministère du Développement durable avait établi qu’il y avait des concentrations anormales de nickel dans l’air de ce quartier et que le nickel provenait bien du port. M. Girard lui reproche toutefois de ne pas avoir suffisamment mis les choses « en perspective ».

« Rassuré » par la DRSP

Toute la journée, M. Girard a répété qu’une autre étude menée par la Direction régionale de la santé publique concluait que les risques que les résidents de Limoilou exposés au nickel contractent un cancer étaient minimes et que ses conversations avec le directeur de la DRSP, François Desbiens, l’avaient souvent « rassuré » sur les risques auxquels s’exposait la population.

Le patron du Port s’exprimait à voix très basse durant l’interrogatoire, tant et si bien qu’il était souvent difficile de l’entendre dans la salle.

Prié de justifier sa décision de ne pas rendre publiques toutes les données d’échantillonnage recueillies sur le territoire, il a finalement déclaré qu’il ne jugeait pas « utile » de les partager.

Questionné sur un courriel faisant état de tractations avec la Ville pour « contrôler » Mme Lalande, M. Girard a dit ne pas s’en souvenir. Présenté par l’avocat de la poursuite, le courriel avait été envoyé par le vice-président d’Arrimage Québec, Yvan Boileau, au président de la compagnie, Denis Dupuis. M. Boileau y écrit que « la Ville continue d’appuyer [le Comité de vigilance] parce qu’il est plus facile de contrôler ainsi Mme Lalande ».

Composé de représentants du Port de Québec, de la Ville de Québec et de simples citoyens, le Comité de vigilance a été créé en mai 2013 par le gouvernement du Québec et la Ville de Québec après la publication de l’étude sur le nickel du ministère. Véronique Lalande y siégeait.

Dans le courriel en question, M. Boileau dit tenir ses informations de « Mario » [Girard, le président du Port de Québec] et d’Anick Métivier, l’un de ses directeurs.

Le procès se poursuit cette semaine et doit prendre fin le 20 décembre prochain.


Chronologie

26 octobre 2012 Une mystérieuse poussière rouge se dépose sur le quartier Limoilou.

14 janvier 2013 Un couple de résidents de Limoilou, Véronique Lalande et Louis Duchesne, dépose une requête en action collective pour l’épisode de poussière rouge.

16 avril 2013 Une étude du ministère du Développement durable confirme la présence de concentrations anormales de nickel en provenance du port.

27 avril 2013 Une étude de la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale (DSP) montre que le nickel n’augmente presque pas les risques de contracter un cancer mais peut causer des dermatites, de l’asthme et des allergies.

1er novembre 2013 Mme Lalande et M. Duchesne présentent une demande pour une seconde action collective.

5 février 2019 Le tribunal ordonne au Port et à Arrimage Québec d’indemniser des milliers de résidents dans le cadre de la première action.