Le Vieux-Québec est-il devenu «invivable»?

Le quartier est «invivable», écrivent des résidents du Vieux-Québec. Ils soulignent que les rues sont souvent bloquées et racontent qu’une voisine qui devait se rendre à l’urgence à 5 minutes à pied a mis 24 minutes à faire le trajet en voiture.
Photo: Getty Images Le quartier est «invivable», écrivent des résidents du Vieux-Québec. Ils soulignent que les rues sont souvent bloquées et racontent qu’une voisine qui devait se rendre à l’urgence à 5 minutes à pied a mis 24 minutes à faire le trajet en voiture.

Des résidents du Vieux-Québec lancent un cri du coeur face à l’emprise du tourisme de masse sur leur quartier. Le gouvernement et la ville doivent réduire le nombre de touristes, disent-ils, s’ils souhaitent qu’il continue d’avoir des résidents permanents.

Le Vieux-Québec est de plus en plus « invivable », plaide dans un mémoire le conseil d’administration des Maisons de Beaucours, un complexe de condominiums haut de gamme situé tout près du Château Frontenac.

Le groupe de résidents doit déposer ce mémoire ce mercredi aux audiences publiques sur le futur Plan de conservation du site patrimonial du Vieux-Québec.

Le quartier est « invivable », écrivent-ils, parce qu’il n’y a plus de familles avec enfants, n’a plus d’épicerie. Ils soulignent aussi que les rues sont souvent bloquées et racontent qu’une voisine qui devait se rendre à l’urgence à 5 minutes à pied a mis 24 minutes à faire le trajet en voiture.

Les auteurs du mémoire disent en outre être dérangés par les nombreux autocars pour touristes, le bruit causé par le Festival d’été, les autres événements et les touristes eux-mêmes et s’inquiètent de la volonté de la ville d’attirer encore plus de touristes étrangers.

Le Vieux-Québec comptait 4689 résidants en 2016 soit 97 personnes de moins qu’en 2011, selon une étude réalisée en 2017 par le professeur de géographie de l’Université Laval, Étienne Berthold.

Ce n’est pas la première fois que des résidents du Vieux-Québec sonnent l’alarme sur la baisse de qualité de vie dans le quartier. Or les auteurs de ce mémoire estiment que la situation s’est envenimée ces dernières années.

Pour renverser la tendance, ils demandent notamment qu’on réduise le nombre de navires de croisières à accoster dans le Port, que les autocars et les calèches soient interdits à l’intérieur des murs et que soient déplacées toutes les grandes fêtes (Festival d’été et autres) « vers les Plaines d’Abraham » ou dans une zone plus éloignée des lieux habités.

En plus de gérer beaucoup de bruit, ces événements, écrivent-ils, « condamnent les résidents, les travailleurs journaliers, à des détours labyrinthiques pour sortir de leur maison, pour revenir à leur maison ».

Le Vieux-Québec est l’un des 12 sites patrimoniaux déclarés du Québec (anciennement nommés « arrondissements historiques »). Le Conseil du patrimoine culturel mène des consultations sur chacun d’eux afin de recommander à la ministre de la Culture les meilleurs moyens de les protéger.