Labeaume demande aux chefs des partis de faciliter l’immigration francophone

Québec aurait besoin de 5300 travailleurs qualifiés de plus, notamment dans le domaine des hautes technologies et dans le secteur manufacturier, souligne le maire Régis Labeaume.
Photo: Guillaume Levasseur Archives Le Devoir Québec aurait besoin de 5300 travailleurs qualifiés de plus, notamment dans le domaine des hautes technologies et dans le secteur manufacturier, souligne le maire Régis Labeaume.

Les candidats à l’élection doivent en priorité faciliter l’immigration francophone, a déclaré lundi le maire de Québec, Régis Labeaume, lors de la présentation de sa traditionnelle liste de demandes.

« Les exemples sont malheureusement trop nombreux où le dédale des services administratifs peut avoir raison de la bonne volonté des employeurs et des candidats potentiels », a déclaré le maire en conférence de presse.

On recense actuellement 10 000 emplois vacants à Québec et 7000 sur la rive sud du fleuve. Or seulement 6,2 % des immigrants reçus au Québec s’établissent dans la région, note le maire. Une statistique qu’il faudrait faire grimper à 10 % suivant son poids démographique, plaide-t-il.

Québec aurait besoin de 5300 travailleurs qualifiés de plus, notamment dans le domaine des hautes technologies et dans le secteur manufacturier. Les travailleurs des pays francophones ou francophiles doivent en outre être privilégiés à son avis.

Pour atteindre cette cible, le gouvernement du Québec doit diminuer les délais d’immigration et faciliter les procédures administratives, a-t-il avancé.

Les délais de traitement pour les demandes de permis de travail sont passés de 4 à 8 semaines à 17 semaines depuis trois ans, fait valoir M. Labeaume. Il suggère en outre qu’on facilite le renouvellement des certificats de sélection en offrant de nouveaux services à l’aéroport.

Cela fait déjà 10 ans que le maire Labeaume livre à chaque campagne électorale ce qu’on a communément baptisé sa « liste d’épicerie ». Un exercice qui a permis d’accélérer la réalisation de « dossiers majeurs », a-t-il souligné, en mentionnant notamment la Loi sur le statut de capitale nationale, la réforme des retraites dans le monde municipal et l’élargissement de l’autoroute Henri-IV.

Outre l’immigration, le maire a formulé cinq autres demandes : le soutien à son projet de réseau structurant (tramway et trambus), le prolongement de la promenade Samuel-de-Champlain, des investissements en patrimoine, le transfert d’un point de la TVQ et de l’action dans le dossier du pont de Québec.