Anne Guérette quitte la vie politique

Anne Guérette avant le débat télévisé pour la mairie de Québec le 17 octobre dernier
Photo: Francis Vachon Le Devoir Anne Guérette avant le débat télévisé pour la mairie de Québec le 17 octobre dernier

La candidate défaite à la mairie de Québec, Anne Guérette, a annoncé mardi qu’elle quittait la politique. Un départ qui survient 10 ans après ses débuts en politique comme conseillère municipale.

« Je pars la tête haute », a déclaré Mme Guérette lors d’une conférence de presse dans le hall de l’hôtel de ville. Celle qui fut conseillère municipale pendant trois mandats en haute-ville avant d’être candidate à la mairie a défendu avec une ardeur particulière les dossiers patrimoniaux et la démocratie locale, en particulier les conseils de quartiers.

« Chers citoyens, vous êtes ce que j’ai vécu de plus beau dans cette aventure », a-t-elle déclaré, des sanglots dans la voix.

Pour annoncer son départ, la chef de Démocratie Québec s’était entourée de l’un de ses fils, de son colistier Jean Rousseau et de la fille de ce dernier.

M. Rousseau, qui a été élu de justesse dans le district de Cap-aux-Diamants, sera le seul représentant du parti à siéger au conseil municipal. Lors du scrutin de dimanche, Démocratie Québec n’a récolté que 14 % des votes à la mairie, se classant au troisième rang, derrière Équipe Labeaume et Québec 21.

Un vieux rêve

Architecte de formation, Mme Guérette avait été élue pour la première fois comme conseillère indépendante en 2007 dans l’ancien district de Montcalm. Formée en architecture, elle avait commencé à militer quelques années plus tôt au sein de l’organisme patrimonial Héritage Québec.

Son rêve de devenir mairesse de Québec ne date pas d’hier. En 2012, elle avait créé le parti Démocratie Québec dans ce but, avant de se résigner à une fusion avec le parti Québec autrement et son chef David Lemelin. En échange du rôle de candidate à la mairie, elle avait alors exigé que son parti soit le porte-étendard de l’opposition.

Elle finira finalement par réaliser son objectif au printemps 2017 en devenant chef de Démocratie Québec au terme d’une course à la chefferie l’opposant à l’avocat François Marchand. Dans les mois suivants, elle a toutefois dû composer avec une implosion au sein de son parti, quand les deux autres élus de son équipe ont quitté le navire en plus de nombreux employés du cabinet.

Or cette fois, c’en est fini, a-t-elle expliqué mercredi. « Le temps est venu de passer le flambeau. […] Il y a du sang neuf dans ce parti-là. »

Le maire Labeaume — qui a pourtant peu ménagé Mme Guérette ces dernières années — a eu de bons mots pour elle mercredi. Parlant de sa « contribution remarquable de plus de 10 ans à la démocratie municipale de Québec », il a évoqué dans un communiqué sa « passion » et son « dévouement ».

Dates importantes

1964 : naissance à Québec

1990 : devient membre de l’Ordre des architectes

2006 : fonde la coalition Héritage Québec pour la défense du patrimoine bâti de la capitale

2007 :candidate indépendante, elle remporte l’élection dans le district de Montcalm avec 43 % des voix

2012 : fondation de Démocratie Québec

2016 : élue à la tête de Démocratie Québec

2017 : candidate à la mairie, elle termine troisième avec un suffrage de 14,6 % ; elle se retire de la vie politique deux jours plus tard