La maison Pollack et l’îlot Saint-Vincent-de-Paul bientôt rachetés

L’îlot Saint-Vincent-de-Paul abritait anciennement le patro du même nom. Il y a dix ans, le bâtiment a été détruit par le groupe Jaro, qui souhaitait y construire un hôtel.
Photo: Jean-François Nadeau Archives Le Devoir L’îlot Saint-Vincent-de-Paul abritait anciennement le patro du même nom. Il y a dix ans, le bâtiment a été détruit par le groupe Jaro, qui souhaitait y construire un hôtel.

La Ville de Québec se prépare à faire l’acquisition de la maison Pollack et de l’îlot Saint-Vincent-de-Paul, deux sites clés du territoire de la haute ville dont le sort fait la manchette depuis des années.

La Ville compte faire des offres d’achat pour les acquérir, mais est prête à entreprendre des procédures d’expropriation en cas d’échec. Un pouvoir rendu possible par la nouvelle loi 122 qui a élargi les pouvoirs des municipalités.

Située sur la Grande Allée, la maison Pollack était la propriété de l’homme d’affaires et philanthrope Maurice Pollack. Construite en 1910, la demeure aux grandes colonnes blanches a une valeur patrimoniale dite « supérieure ».

Quant à l’îlot Saint-Vincent-de-Paul, il abritait anciennement le patro du même nom. Il y a dix ans, le bâtiment a été détruit par le groupe Jaro qui souhaitait y construire un hôtel. Laissé à l’abandon depuis, ce terrain a quant à lui un emplacement très intéressant pour la Ville, puisqu’il se trouve au carrefour de l’autoroute Dufferin-Montmorency et de la côte d’Abraham.

La valeur foncière des deux immeubles totalise 5 millions de dollars.